Dmitriy Rodionov Experience

Indoors

(Entropy Records)

 date de sortie

07/06/2010

 genre

Electronique

 style

Ambient / Minimal / Post-Rock / Field Recordings

 appréciation

 écouter

5 extraits (Flash)

 tags

Ambient / Dmitriy Rodionov Experience / Entropy Records / Field Recordings / Minimal / Post-Rock

 liens

Entropy Records
Dmitriy Rodionov Experience

 autres disques récents
Extreme Precautions
I
(In Paradisum)
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)
Teruyuki Nobuchika
Still Air
(Oktaf)

Comme promis il y a une dizaine de jours, nous revenons sur le Dmitriy Rodionov Experience qui nous avait emballé avec son double EP 1+1=1. C’est en effet dans la foulée de ces deux minis CDR que sortait Indoors, lui également publié dans le cadre des minis EP expérimentaux du label Entropy Records.

Le Russe ne tarde pas à confirmer son talent puisque Mannequins Inside the Rain ouvre ce nouvel EP d’une manière époustouflante. Rien de bien extraordinaire pourtant, des field recordings de pas et discussions, une multitude de tintements d’où semble s’extraire une mélodie improbable, lumineuse, qui trouve sa réponse dans quelques notes de guitare graves, l’ensemble faisant naître une profonde mélancolie. C’est simple, beau, avec une consonance post-rock que l’on n’avait pas noté jusque là chez Dmitriy Rodionov Experience.
On pourrait presque regretter une si belle ouverture. En effet la suite est un peu en deçà. Elle est aussi plus expérimentale, abstraite, mais on retrouve le style de l’artiste avec une ambient mystérieuse, voire sombre, qui s’appuie sur des field recordings, traitements sonores et collages. Des grincements et une voix qui semblent sortir d’un vieux téléviseur (Images Blind), de douces nappes de guitare ponctuées de quelques gratouillis métalliques (Awakening of Twilight Flies), des gazouillis bouillonnants avec lesquels jouent des cordes tendues, une harpe métallique sur Particle Decay, ou encore une rythmique composée de sons concrets avec des nappes orchestrales déglinguées sur Indoors, tels sont les composants de cette ambient concrète et minimaliste.

Si sur la longueur, 1+1=1 parvenait à garder une certaine cohérence, on pourra regretter ici une étonnante rupture de style entre Mannequins Inside the Rain et les morceaux suivants qui ne sont d’ailleurs pas si éloigné que cela de l’esprit de cette série de minis CD. Indoors reste toutefois un excellent bonus au précédent doublé.

Fabrice ALLARD
le 24/11/2010

À lire également

Inner Signal
Extremum
(Entropy Records)
Listening Mirror
...From Dreams...
(Entropy Records)
David Ya
The Time Is Stretching
(Entropy Records)
The Spaced Goats
The Spaced Goats
(Entropy Records)