Poratz

Beat

(Electroton / Internet)

 date de sortie

25/06/2010

 genre

Electronique

 style

Expérimental / IDM / Minimal

 appréciation

 écouter

7 extraits (MP3)

 tags

Electroton / Expérimental / IDM / Minimal / Poratz

 liens

Electroton
Poratz

 autres disques récents
Resina
s/t
(130701)
Altars Altars
Small Hours
(Home Normal)
Monty Adkins
Unfurling Streams
(Crónica Electronica)
Dakota Suite | Vampillia
The Sea Is Never Full
(Karaoke Kalk)

Poratz est le projet de l’italien Patrizio Orsini que l’on découvre ici avec sa deuxième production pour Electroton. Tout comme les artistes que nous avons déjà croisé sur cette structure (Colour, Ketem, v4w.enko), l’Italien trouve logiquement sa place sur le label allemand avec une electronica minimale qui, comme le suggère le titre de ce mini-CDR, se révèle être très axée sur un travail rythmique.

Tout au long de l’album, l’artiste reprend assez souvent le même principe, avec généralement une accumulation d’éléments rythmiques et bruitages, secs et cassants, quelques bleeps et tonalités épurées aussi, le tout agencé avec une certaine régularité, mais sans que cela ne fonctionne réellement. On note en effet une certaine abstraction au début de ces compositions qui petit à petit s’enrichissent, trouvent leur tempo et finissent par se faire minimales et dansantes, terriblement efficaces. Du coup Poratz navigue entre des expérimentations rythmiques que l’on trouvera difficile d’accès ou ennuyantes, et une electronica rythmique minimale qui devrait s’avérer efficace sur la piste de danse.
On pensera assez logiquement à la série Unun du label Raster Noton, et en particulier au EP Rhythm-Variations d’Aoki Takamasa qui nous proposait toutefois un travail sonore plus complexe là ou l’italien joue avec une certaine simplicité, au profit d’une certaine efficacité. Difficile de ne pas se laisser emporter par le tempo groovy de Aoky (dédié au japonais ?), au style hoquetant de Turntable, au charme rétro-acide de Tech Prove, ou encore au glitchs syncopés de Poratz 2009, tandis que l’utilisation de samples vocaux tronqués sur Drumma pourra nous faire penser au travail de l’Allemande AGF.
On aura un peu plus de mal avec Casiotone et Ninja, deux titres qui peinent à trouver leur rythme de croisière, eux aussi très répétitifs mais restant très abstrait et au final lassants.

Poratz reste une belle découverte, et très certainement ce que l’on a entendu de plus facile d’accès de la part du label Electroton.

Fabrice ALLARD
le 27/11/2010

À lire également

Ketem
Colour
(Electroton)
Kabutogani
Cymma
(Electroton)
Cernlab
Atomherz
(Electroton)
Weiss
22.38
(Electroton)