Kruno Jošt & Gijs Borstlap

Quasi Quasi

(Narrominded / Internet)

 date de sortie

28/06/2010

 genre

Rock

 style

Improvisation / Noise / Post-Rock

 appréciation

 écouter

11 extraits (Flash)

 tags

Improvisation / Kruno Jošt & Gijs Borstlap / Narrominded / Noise / Post-Rock

 liens

Narrominded

 autres disques récents
Extreme Precautions
I
(In Paradisum)
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)
Teruyuki Nobuchika
Still Air
(Oktaf)

On découvre ici un nouveau label, Narrominded, d’origine néerlandaise, dont nous avons du mal à définir la ligne directrice puisque l’on y trouve une très belle série de splits avec Mats Gustafsson / Cor Fuhler ou Hydrus / Kettel mais aussi la synth-pop de Hunter Complex dont nous avons décidé de ne pas parler sur ces pages... Quasi Quasi est une collaboration entre deux artistes, le danois Gijs Borstlap et le croate Kruno Jošt, tous deux étant déjà investis dans de nombreux projets et groupes musicaux entre rock, jazz et improvisation.

L’idée de cette collaboration est de s’affranchir des frontières des genres. On a lu cela maintes fois, mais on pourra comprendre que pour ces deux artistes impliqués dans des formations définies, quitter le groupe et explorer de nouveau en duo, avec un nouveau projet, permet effectivement de se remettre en cause. Sans même connaitre les différentes productions des deux hommes, on devinera aisément à l’écoute de cet album une quête de liberté. Au risque d’en rebuter quelques uns...
C’est bien simple, le duo navigue entre les extrêmes, n’hésitant pas à enchaîner un post-rock ambient aux guitares lumineuses (Why Not Doing It Again ?) avec les textures et déflagrations bruitistes improvisées de I’m Gonna Tell You Only One Word.

Une ouverture des genres aussi large pourrait faire de Quasi Quasi une compilation d’expérimentations incohérentes, mais l’ensemble de l’album semble justement reposer sur cette confrontation de styles. Le disque s’ouvre d’ailleurs avec Haven’t Got A Clue About Whose Slippers Are Those au sein duquel se ballade une guitare douce et mélodique, chatouillée par des bruitages secs, craquements, crachotements et des coups qui semblent être donnés sur un micro. On enchaîne avec des riffs de guitares à la fois arides et mélodiques, ronronnantes, parfois proche du drone sur Car-Ride Among Windmills.
Et comme pour parfaire cette collision, le duo se met à inviter des laptops tout en restant dans le ton. Pas de glitchs ou d’ambient minimale ici, mais des crissements électroniques, quelques enregistrements de voix à la fin de Quasi Quasi Man, des crépitements triturés sur Sensative Sayings, ou encore une sorte de souffle d’un vent numérique, comparable à un drone oscillant qui explose en une incroyable déflagration bruitiste sur There Is No Obstacles.

Un disque assez étonnant et plutôt sexy que l’on conseillera avant tout aux amateurs de bruits improvisés ou plus globalement de musique industrielle vers lesquelles le duo semble avoir quelques affinités sur le caudal Quasi.

Fabrice ALLARD
le 30/11/2010

À lire également

Puin+Hoop
Er Zit Een Gat In De Soep
(Narrominded)
Puin+Hoop + Herman Wilken + Coen Oscar (...)
De Objectieve Lach
(Narrominded)
Puin + Hoop
Door
(Narrominded)