Dunaewsky69

Endless

(Kvitnu / Internet)

 date de sortie

09/08/2010

 genre

Electronique

 style

Electronica / IDM

 appréciation

 écouter

3 titres complets (Flash)

 tags

Dunaewsky69 / Electronica / IDM / Kvitnu

 liens

Dunaewsky69
Kvitnu

 autres disques récents
Matt Christensen
Honeymoons
(Miasmah)
Giulio Aldinucci
Goccia
(Home Normal)
Automatisme
Momentform Accumulations
(Constellation)
Gratuit

(Ego Twister)

Dans la lignée du EP de Sturqen dont nous parlions il y a quelques jours, le label Kvitnu sortait cet été un nouvel EP de Dunaewsky69, uniquement disponible en format numérique. L’occasion de suivre le travail de l’Ukrainien qui nous avait surpris il y a quelques années avec un album nettement plus difficile d’accès que ce que l’on connaissait de lui jusqu’alors.

Endless a été composé dans les studios de musique électroacoustique de Cracovie où le musicien s’est amusé avec une panoplie de vieilles machines, synthés analogiques mis à sa disposition. Ceci explique peut-être un retour à des mélodies bien apparentes, des nappes amples et voluptueuses au sein de l’electronica teintée d’IDM d’Alexander Gladun.
Il s’agit d’un EP de courte durée puisque composé de 3 titres dont deux de plus de 7mn séparés par un interlude plus expérimental. On ne sait pas trop où Dunaewsky69 va nous emmener à l’ouverture de Kryla, avec ses sonorités organiques, ses espèces de piaillements d’oiseaux et ce qui semble être une nappe de guitare à peine saturée. On avait déjà noté une approche rock dans l’electronica de l’Ukrainien, notamment de par un amour pour des sonorités qui nous prennent à rebrousse poil. L’effet est toutefois amoindri ici puisque très rapidement l’électronique se fait plus douce, même si l’on est souvent proche de diffuses résonances métalliques. Un principe assez répétitif, mais la quantité de sonorités qui s’en mêlent permet un renouvellement permanent auxquels s’ajoutent des percussions syncopées, qui se veulent imprévisibles.

Kiptik crée une vraie cassure, interlude composé de bruitages, sonorités triturées, flottements scintillants et chœurs sortis d’un poste radio. Inattendu.
Le dernier morceau qui reprend le titre du EP est à peu près construit de la même façon que Kryla, avec cette fois une rythmique franchement lourde, mais qui sait s’effacer, et des nappes mélodiques amples, douces et scintillantes, avec parfois quelques éléments qui nous plongent dans la BO d’un film de science-fiction. On se laisse emporter.
Court, mais joliment mené !

Fabrice ALLARD
le 06/12/2010

À lire également

Sturqen
Piranha
(Kvitnu)
v4w.enko
cvxd+e
(Kvitnu)
Plaster
Zyprex 500
(Kvitnu)
Matter
Biorhexistasy
(Kvitnu)