Myo

Memory Gospel

(Zeromoon / Import)

 date de sortie

00/06/2010

 genre

Electronique

 style

Ambient / Drone / Expérimental / Noise

 appréciation

 écouter

People Are So God Damn Fucking Selfish (Flash)

 tags

Ambient / Drone / Expérimental / Myo / Noise / Zeromoon

 liens

Zeromoon
Myo

 autres disques récents
Automatisme
Momentform Accumulations
(Constellation)
Gratuit

(Ego Twister)
Resina
s/t
(130701)
Altars Altars
Small Hours
(Home Normal)

Myo est le projet de l’Américain Cory O’Brien, basé à Washington, auteur d’une musique électronique proche du bruitisme mais pouvant se faire ambient et laissant une part importante à l’improvisation. On le découvre chez Zeromoon, un label qui nous a déjà valu des albums d’Andrey Kiritchenko, Violet ou Critikal, créant un pont entre les scènes étasuniennes et européennes, soit autant d’artistes qui ont déjà partagé la scène avec Myo.

Avant tout, ne pas se fier au titre de l’album. Pas de gospel ici, mais des ronronnements de machines à n’en plus finir, passant avec aisance d’un bruitisme industriel aux souffles ambient de machines. L’album est composé de 8 pistes qui se révèlent assez uniformes sur leur durée, l’artiste donnant l’impression de rechercher des sonorités avec une véritable matière qu’il va sculpter pendant 4 à 8mn. Le résultat peut rester très abstrait et laisser l’auditeur sur sa faim quand le son n’évolue quasiment pas pendant toute la durée d’un morceau, mais révèle aussi quelques surprises intéressantes.
L’album s’ouvre sur son versant bruitiste avec Semiological Guerilla Warfare composé d’un ronronnement soufflant avec lequel flirte un drone électronique dont les quelques variations apportent un semblant de mélodie. Plus tard, Emergent Citrus Feedback Multiphonics / Lipoma 02 V2 reprend des teintes agressives avec une texture noisy qui semble provoquée par les agressions répétées d’une corde, des drones saturés et des crissements métalliques aux tonalités industrielles.

D’un autre côté, Digital Overboard / Lipoma 08 semble être construit sur des sons étirés à l’infini, sourds et ronronnants, petit à petit enrichis d’improvisations, craquements de bois et petits frottements sur les cordes d’une guitare. On se rapproche enfin de micro-sonorités des Tibersound 01 et Tibersound 02, créant une ambient discrète qui semble être le simple ronronnement de moteurs au loin, dont on ne perçoit plus qu’un souffle.
Des pièces plutôt uniformes donc, mais l’album se termine avec Memory Gospel qui semble condenser en 8mn l’ensemble des teintes que propose l’album. Mélange de textures et nappes, drone de laptop industriel, textures chuintantes, cassure et virage plus soyeux avec craquement et field recordings dans un dernier élan de drones rappelant une guitare jouée à l’archet.

Qu’elle soit bruyante ou apaisée, la musique de Myo suscite les mêmes sensations. De part sa répétition et son uniformité, elle se fait oublier, comme le bruit sourd de la circulation que l’on finit par ne plus entendre, le ventilateur des ordinateurs devenus notre quotidien. Bruits ambiants contemporains.

Fabrice ALLARD
le 14/12/2010

À lire également

Critikal
Graphorrhea
(Nexsound, Zeromoon, Kvitnu)
Michael Gendreau / Alexei Borisov / Violet
Bogatiri
(Zeromoon)
Cornucopia
.C. Works
(Zeromoon)
Violet
Violet Ray Gas & The Playback Singers
(Zeromoon, Sentient Recognition Archive)