Fresh Hell

 date

du 20/10/2010 au 16/01/2011

 salle

Palais de Tokyo,
Paris

 appréciation
 tags

Bas Jan Ader / Bruce Nauman / Geert Goiris / Gino De Dominicis / Martin Kippenberger / Maurizio Cattelan / Palais de Tokyo / Roman Signer

 liens

Palais de Tokyo

 dans la même rubrique
du 22/09/2016 au 11/12/2016
Mark Geffriaud : Deux Mille Quinze
(Le Plateau / FRAC Île-de-France)
du 06/09/0216 au 29/10/2016
Paris
(Fondation d’entreprise Ricard)
du 02/06/2016 au 09/10/2016
Telling Tales : Excursions In Narrative Form
(Museum of Contemporary Art)
du 23/06/2016 au 11/09/2016
Mika Rottenberg
(Palais de Tokyo)

Comme chaque automne depuis trois ans, le Palais de Tokyo confie ses espaces à un créateur qui dispose ainsi d’une carte blanche. Après Ugo Rondinone et Jeremy Deller, c’est Adam McEwen qui fait office de commissaire cette année pour une exposition collective apparemment centrée sur le processus de création.

JPEG - 39.5 ko
Michael Landy - Market
(courtesy de l’artiste)

De fait, plusieurs œuvres opèrent dans ce champ thématique, à l’image des panneaux argentés d’isolation placés par Rudolf Stingel sur une des cimaises et que le public est invité à scarifier ou tagger à sa guise. Conduisant également à s’interroger sur le statut de l’œuvre d’art, Roman Signer propose une vidéo d’un hélicoptère en modélisme qui décolle puis ré-atterrit sur une petite plateforme. Toujours à cette frontière entre geste quotidien et geste artistique, Michael Landy réactive une installation déjà expérimentée par le passé : Market se constitue ainsi d’étals de marché agrémentés de gazon et occupant l’intégralité d’une des grandes salles du Palais. À l’origine, l’Anglais y avait disposé ses effets personnels mais, ici, les étals sont désespérément vides.

JPEG - 16.9 ko
Georg Herold - Empty Mountain
(courtesy de l’artiste)

Précisément, ce travail sur le vide infuse plusieurs des autres pièces présentées. Maurizio Cattelan montre un coffre-fort percé sur le côté et délesté de son contenu -74.400.000, souvenir d’un casse réussi qui dialogue malicieusement avec le Liepaja de Geert Goiris, photo d’un immeuble en partie submergé par la mer et lui aussi vidé. Plus loin, Georg Herold aplatit une montagne (Empty Mountain) tandis que Martin Kippenberger façonne une benne à ordures gonflable (Memorial of the Good Old Time), les deux étant réalisés en latex, ne conservant que leurs enveloppes extérieures.

JPEG - 20.7 ko
Rob Pruitt - Esprit de Corps
(courtesy Gavin Brown’s enterprise)

Les contenus vidés de leurs contenants amènent à s’attacher aux phénomènes de disparition, voire de fuite vers un ailleurs. Gino De Dominicis a ainsi mis en scène sa propre mort pendant que Bas Jan Ader se retrouve pris au piège d’une boîte en carton tenue par un simple bout de bois (Untitled (Tea Party)). Trace d’une calcination achevée, Is Suicide Genetic ? de Sarah Lucas voit un casque de moto en décomposition reposer sur un fauteuil brûlé alors que Rob Pruitt évacue également toute présence humaine dans ses sculptures de jeans où le béton a remplacé la chair (Esprit de Corps). Enfin, la course statique filmée par Bruce Nauman dans The Pursuit répond au labyrinthe suspendu de Georg Herold, pour signifier deux vaines manières de s’échapper puisque la première conduit à faire du surplace et la seconde à tourner longtemps avant de trouver la sortie.

Pour terminer, quelques mots sur une idée d’Adam McEwen : mettre en regard de ces créations contemporaines des œuvres sacrées issues des collections du Musée Cluny. Plutôt original sur le papier, le projet s’avère finalement peu convaincant au gré des confrontations entre les têtes des rois de Juda et les graffitis sur les panneaux de Stingel ou entre la statue de Saint Florian et un portrait peint par Kippenberger. Mais, fort heureusement, ce gimmick contradictoire ne se trouve pas trop répété dans une exposition globalement pertinente.

François Bousquet
le 03/01/2011

À lire également

du 16/10/2009 au 10/01/2010
DEADLINE
(Musée d’Art Moderne de (...))
du 24/05/2014 au 02/03/2015
1984-1999. La Décennie
(Centre Pompidou-Metz)
du 23/10/2013 au 12/01/2014
Philippe Parreno : (...)
(Palais de Tokyo)
du 25/09/2008 au 18/01/2009
D’une Révolution à l’autre
(Palais de Tokyo)