Sketches for Albinos

Days of Being Wild and Kind

(Nóthings66 / Import)

 date de sortie

18/08/2010

 genre

Rock

 style

Ambient / Post-Rock / Acoustique

 appréciation

 tags

Acoustique / Ambient / Chihei Hatakeyama / Moskitoo / Nóthings66 / Post-Rock / Sketches for Albinos

 liens

Chihei Hatakeyama
Moskitoo
Nóthings66
Sketches for Albinos

 autres disques récents
Luminance Ratio
Honey Ant Dreaming
(Alt.Vinyl)
Extreme Precautions
I
(In Paradisum)
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)

Il y a quelques semaines on vous parlait du japonais Akihito Saito, plus connu en tant que Ametsub, auteur sous cet alias d’un très bel album chez Mille Plateaux, largement influencé par un voyage en Islande. Apparemment ce voyage a beaucoup marqué le jeune homme qui créait il y a environ un an son propre label nommé Nóthings66 (très certainement un lien avec le cercle arctique qui traverse l’Islande) dont c’est ici la deuxième production. En février 2010 sortait la première référence avec une compilation fort séduisante sur le papier puisque l’on y trouvait Helios, Yagya, Dub Tractor, The Sight Below, Funckarma, Stafrænn Hákon, aMute, Goldmund ou encore Sketches for Albinos, projet de l’Islandais Matthew Collings qui a l’honneur de sortir le premier véritable album du label.

La musique de Matthew Collings se situe dans une veine post-rock ambient, jonglant entre instrumentation électronique et acoustique, lorgnant vers un rock instrumental quand c’est la guitare qui domine, parfois aidée de quelques percussions (Lotta), ou optant pour une musique classique hors du temps avec un piano en fin de vie sur des morceaux tels que Anna Karina et Jol, plus propre et actuel sur We Live For Spring, ponctué de quelques coups de glockenspiel. On évitera toute comparaison avec d’autres groupes islandais, on ne comprend d’ailleurs pas le lien qui est fait parfois avec Sigur Ros. La musique de Matthew Collings est bien plus complexe, à la fois accessible et expérimentale, mais clairement plus intimiste que le combo islandais, à situer dans la lignée de The Library Tapes.

Le ton est à la douceur, et si l’on n’est pas forcément adepte du genre, l’album pourra paraître ennuyeux et trop uniforme à la première écoute. Days of Being Wild and Kind est un album composé de petits détails, subtiles inserts électroniques qui apportent au post-rock ambient de l’artiste une légère touche expérimentale. Sorbonne Midnight qui ouvre l’album en est un parfait exemple avec ses souffles traités au laptop, ses denses nappes proches du drone contribuant à une certaine tension tandis que l’on découvre des rythmiques proches de l’electronica (More Dixieland And Polka, Daniel Likes Birds) ou d’un hip-hop concassé sur Kids With No Energy.
L’Islandais se rapproche parfois d’une musique post-pop quand il chante d’une voix fatiguée, murmurant ses textes sur Red Sky On Fire tandis que l’on n’échappe pas aux samples de cris d’enfant et autres vocaux cinématographiques (Romy Schneider). Un album qui se révèle donc plutôt comme classique dans le genre (les guitares réverbérées et le chant feutré de A Meeting At The Merry-Go-Round), mais qui bénéficie de quelques surprises agréables comme She’s With Snoban Now, OVNI de l’album qui semble être une improvisation de harpe, à la fois répétitive et chaotique.

Pour ceux qui hésiteraient, l’album est accompagné de trois remixes de haut vol. On commence avec les cordes claquantes et la voix soyeuse et envoutante de la jeune japonaise Moskitoo (découverte chez 12k), puis on enchaine avec les nappes et drones de Chihei Hatakeyama (Kranky, Home Normal) qui nous propose une version purement ambient de Sorbonne Midnight pour finir avec Federico Durand (récemment signé chez Spekk) le moins aventureux des trois mais qui parvient à donner un charme particulier à A Meeting At The Merry-Go-Round.

Extraits en écoute :

Fabrice ALLARD
le 20/01/2011

À lire également

Chihei Hatakeyama
Ghostly Garden
(Own Records)
Chihei Hatakeyama
Moon Light Reflecting Over Mountains
(Room40)
14/05/2010
Chihei Hatakeyama / (...)
(Au Salon)