Absinthe

 auteur

Pierre-Yves Chapalain

 metteur en scène

Pierre-Yves Chapalain

 date

du 13/01/2011 au 11/02/2011

 salle

Théâtre de la Bastille,
Paris

 appréciation
 tags

Pierre-Yves Chapalain / Théâtre de la Bastille

 liens

Théâtre de la Bastille

 dans la même rubrique
du 12/10/2017 au 22/10/2017
Dans la Solitude des Champs de Coton
(Théâtre des Quartiers d’Ivry)
du 22/09/2017 au 07/10/2017
Ogres
(Théâtre Ouvert)
du 25/04/2017 au 28/05/2017
Les Peintres au Charbon
(Théâtre 13)
du 21/04/2017 au 26/04/2017
Alors, est-ce que c’est là ?
(Théâtre de Gennevilliers)

Menant en parallèle une carrière d’acteur et une autre d’auteur-metteur en scène, Pierre-Yves Chapalain voit son dernier spectacle en date, Absinthe, accueilli pendant un mois au Théâtre de la Bastille. Jeune femme en proie à des visions et atteinte d’une maladie rare, Absinthe vit avec frère et parents dans une maison près de l’océan. Alors que des échos d’un carnaval tenu dans une ville voisine résonnent dans la bâtisse, un drame se jour dans ses murs, mettant aux prises parents et enfants.

Sur ce canevas assez traditionnel, jouant sur les secrets de famille plus ou moins enfouis, le propos développé par le dramaturge se fait malheureusement trop ténu et peu servi par l’écriture. De fait, celle-ci se perd dans des répétitions récurrentes et, surtout, ne parvient pas à choisir entre non-dits et dimension trop explicative. Certaines ellipses se trouvent en effet comblées quelques instants plus tard quand un des personnages raconte par le détail un épisode survenu hors plateau alors qu’on en avait très bien saisi la teneur.

Cette position inconfortable trouve en outre un écho dans le jeu de comédiens qui sont conduits à en rajouter régulièrement (Patrick Azam dans le rôle du père, Catherine Vinatier dans celui de la mère) ou bien à laisser penser qu’ils sont totalement étrangers au drame qui se déroule. Ce léger malaise est enfin conforté par un trop grand nivellement des âges des comédiens (parents quadra et enfants d’une trentaine d’années) et une scénographie qui, comme souvent au Théâtre de la Bastille, se fait particulièrement réduite. Autant d’éléments qui rendent difficilement saisissables un spectacle qui peut même en devenir irritant.

Autres dates :
- 15 et 16 février 2011 : Théâtre de la Coupe d’Or - Rochefort
- du 29 mars au 2 avril 2011 : Nouvel Olympia - Tours

François Bousquet
le 29/01/2011

À lire également

du 01/06/2010 au 11/06/2010
Une Anthologie de l’Optim
(Théâtre de la Bastille)
du 05/03/2002 au 31/03/2002
Je crois ?
(Théâtre de la Bastille)
du 25/02/2004 au 20/03/2004
Tambours Battants
(Théâtre de la Bastille)
du 15/09/2009 au 09/10/2009
L’Oral et Hardi
(Théâtre de la Bastille)