Absent Without Leave

Faded Photographs

(Sound in Silence / Import)

 date de sortie

25/10/2010

 genre

Rock

 style

Post-Rock

 appréciation

 tags

Absent Without Leave / Post-Rock / Sound in Silence

 liens

Absent Without Leave
Sound in Silence

 autres disques récents
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)
Teruyuki Nobuchika
Still Air
(Oktaf)
Zane Trow
The Transient Implosion
(Room40)
(ghost)
The First Time You Opened Your Eyes
(Sound in Silence)

Notre traditionnel scepticisme à l’égard des « disques à invités » ne peut être de mise pour ce nouvel album d’Absent Without Leave. En effet, alors que ce type de dispositif noie souvent la personnalité du musicien sous celles de ses convives et que l’ensemble a tendance à se perdre dans une hétérogénéité débridée, Faded Photographs s’avance fort de la participation d’artistes ayant déjà, de près ou de loin, collaboré avec George Mastrokostas. En effet, que ce soient les Italiens de Port-Royal, les Anglais d’Epic45, l’Islandais Stafrænn Hákon, le Canadien Millimetrik, le Britannique Richard Adams de Hood ou le Russe Alexandr Vatagin, des connivences (labels identiques, participation à des compilations communes, etc…) ont déjà pu s’établir par le passé.

Alors, évidemment, on ne sera pas surpris de relever que chaque invité conduit le morceau sur lequel il intervient vers son propre univers musical, impliqués qu’ils sont dans la participation au jeu mais aussi à l’écriture des titres. Ainsi, Ben Holton, Rob Glover et Richard Adams font de Old Memory Tapes une pièce mélancolico-pastorale dont ils ont le secret tandis que Pascal Asselin apporte à Where The Birds Fly In Winter une rythmique discrète au départ, puis de plus en plus présente via une batterie, ensuite.

Au-delà même de ce constat, on remarquera que les influences et impacts se croisent d’un morceau à l’autre, tout en restant, naturellement, dans un univers post-rock assez harmonieux. De fait, sur le morceau-titre, par exemple, et alors que c’est Ólafur Josephsson qui opère, on jurerait être sur un disque d’Epic45 pendant que sur le dernier morceau (Above The Trees) qui compte la participation d’Ettore Di Roberto et Emilio Pozzolini, on s’attend à ce que le titre décolle par l’adjonction de rythmiques alors qu’il choisit de rester dans le contemplatif. Nullement répréhensible, cette observation démontre plutôt la cohérence du propos d’ensemble et l’acculturation dont ont réussi à faire montre Absent Without Leave et ses comparses.

François Bousquet
le 09/02/2011

À lire également

Lope / Yellow6 / Absent Without Leave / (...)
S/t
(Bloated Sasquatch Beer Theatre Audio)
Absent Without Leave
Postcards From Nowhere
(Distant Noise Records)
Absent Without Leave
Faded Photographs Remixes
(Sound in Silence)
21/04/2011
Absent Without Leave (...)
(Espace B)