Gratuit

Rien

(Ego Twister / Toolbox)

 date de sortie

25/09/2010

 genre

Electronique

 style

Electro / Pop

 appréciation

 écouter

Ecoute intégrale (Bandcamp)

 tags

Ego Twister / Electro / Gratuit / Pop

 liens

Ego Twister
Gratuit

 autres disques récents
Gratuit

(Ego Twister)
Resina
s/t
(130701)
Altars Altars
Small Hours
(Home Normal)
Monty Adkins
Unfurling Streams
(Crónica Electronica)

Après un concert mémorable à la Flèche d’Or en octobre dernier, nous revenons sur le cas Gratuit qui fêtait aux côtés de Klement la sortie de Rien, un album percutant et nihiliste. Sortie au format vinyle, cette nouvelle production du label Ego Twister a été limitée à une petite demi-heure pour 8 titres, ajoutant encore à la force et l’impact du disque.

Ayant découvert l’album en live, on pouvait craindre d’être déçu par une version studio, plus propre, mais il n’en est rien (ah ah !). Au contraire, on retrouve ici l’énergie, la force du propos qui passe par une électronique brute (brutale ?) et des textes généralement scandés plus que chantés. La production aérée met aussi en avant des mélodies carrées, des sonorités synthétiques franches alors que le concert un peu bordélique, brouillon, avait tendance à diluer le propos.
Antoine Bellanger, déjà croisé au sein de The Belone Quartet aux côtés de Benjamin Nerot (The Healthy Boy) a un problème avec les gens et il le crie haut et fort. Une misanthropie que l’on retrouve dans un hymne au silence et à la solitude comme Je vais me suicider les oreilles, ou des dénonciations contre l’hypocrisie (Où sont ces gens ?), l’égoïsme (On ne pense qu’à nous) ou encore l’immobilisme (Rien).

On comprend mieux alors l’énergie qu’il met dans ses concerts et ses choix artistiques avec une musique directe, parfois minimaliste afin d’aller à l’essentiel. Des synthés puissants et des rythmiques martiales (Mon sang), une électro simpliste et répétitive, des bleeps binaires et un texte répété à l’infini sur Le mal, le bien, ou encore une approche plus techno avec des boucles de basses ronronnantes et claps rythmiques sur Où sont ces gens ?.
Naturellement, Rien est un album plutôt sombre avec quelques chansons qui sonnent comme un cri de désespoir (le plus apaisé Les plaines défilent), avec un traitement parfois aride comme les textures bruitistes du génial et sautillant Séduire. Car oui, en dépit de ce regard sombre sur la nature humaine, Gratuit déroule des rythmiques taillées pour le dancefloor et des mélodies accrocheuses, douces et à la beauté troublante sur On ne pense qu’à nous dont les synthés et chœurs rivalisent avec des textures bruitistes.

Huit titres et à peu près autant de tubes, Rien est un véritable uppercut et si ça ne vous plait pas, c’est pareil. À noter que pour ceux qui n’auraient pas de platine vinyle ou qui seraient confrontés à un album épuisé (l’édition est limitée à 300 exemplaires), il est possible de se procurer l’album en numérique via le Bandcamp du label (lien ci-contre).

Fabrice ALLARD
le 31/01/2011

À lire également

V/A
Party Ruiners vol.1
(Ego Twister)
02/10/2010
BS Party : Klement / (...)
(Flèche d’Or)
[guÿôm]
Cacelorazo
(Ego Twister)
V/A
Party Ruiners Volume II
(Ego Twister)