Jefre Cantu-Ledesma

Love Is A Stream

(Type / Import)

 date de sortie

01/11/2010

 genre

Rock

 style

Ambient / Shoegazing

 appréciation

 écouter

12 morceaux complets (via SoundCloud)

 tags

Ambient / Colophon / Jefre Cantu-Ledesma / Shoegazing / Type

 liens

Jefre Cantu-Ledesma
Type

 autres disques récents
Gratuit

(Ego Twister)
Resina
s/t
(130701)
Altars Altars
Small Hours
(Home Normal)
Monty Adkins
Unfurling Streams
(Crónica Electronica)

S’agissant de la carrière sous son nom propre de Jefre Cantu-Ledesma, ces pages s’en étaient pour l’instant tenues à un mini-album sur Static Caravan en 2006. Depuis, le musicien a multiplié les cassettes et CDr ainsi qu’un album sur Spekk en 2007 (sans compter ses sorties sous l’alias Colophon ou au sein de The Alps ou Tarentel). Pour son troisième long-format signé de son nom, Type l’héberge avec une proposition bien éloignée des guitares préparées et ambient minimaliste qui avaient singularisé ses travaux jusqu’à présent.

De fait, Love Is A Stream offre douze morceaux parfaitement shoegazing, avec mur sonore de guitare saturée et vocalises perdues au loin dans ce magma (Where You End And I Begin). Œuvres de Lisa McGee, John Twells et Maxwell August Croy, ces dernières n’affleurent à la surface qu’en dernière extrémité, lorsque les six-cordes sont mises sous le boisseau. Pour le reste, ce sont donc majoritairement des compositions écrites sur un schéma assez identique qui sont livrées, sans mise en condition aucune puisque les titres débutent d’emblée avec une puissance sonore certaine. Charge alors à l’auditeur de déceler les inflexions, oscillations et effet de flux et reflux au sein de chaque morceau.

Secondées par des nappes de synthé, les guitares peuvent également, lorsqu’une partie des effets s’éteignent, se faire plus métalliques (la fin de Loving Love), plus apaisées (Body Within Body) ou plus torturées quand des craquements les rejoignent (Mirrors Death), démontrant ainsi que Jefre Cantu-Ledesma ne se complait pas dans le simple alignement d’accords saturés. Plus encore, quelques morceaux en fin de disque font montre d’une évolution interne plus immédiatement discernable (River Like Spine, Wild Moon And Sea) avec entrée et sortie des différents éléments, alternance d’un moment de répit et d’un passage saturé ; bref, une structuration bienvenue pour se remettre des torrents sonores des autres morceaux.

François Bousquet
le 17/02/2011

À lire également

Deaf Center
Pale Ravine
(Type)
Sylvain Chauveau
Nuage
(Type)
Deaf Center
Neon City Ep
(Type)