Z’EV + Jason Kahn

Intervals

(Monotype Records / Metamkine)

 date de sortie

27/09/2010

 genre

Electronique

 style

Expérimental / Improvisation / Live

 appréciation

 écouter

2 extraits (MP3)

 tags

Expérimental / Improvisation / Jason Kahn / Live / Monotype Records / Z’EV

 liens

Jason Kahn
Monotype Records
Z’EV

 autres disques récents
Matt Christensen
Honeymoons
(Miasmah)
Giulio Aldinucci
Goccia
(Home Normal)
Automatisme
Momentform Accumulations
(Constellation)
Gratuit

(Ego Twister)

Rencontre au sommet. C’est en Suisse que se produisait le duo de percussionnistes américains qui nous propose sur ce disque l’enregistrement de deux concerts qu’ils donnèrent à Lausanne et Zürich en avril 2009. On connaissait bien Jason Kahn, vu de nombreuses fois en concert pour des performances improvisées minimalistes lorgnant du coup vers l’ambient. On s’étonne par contre de n’avoir jamais parlé de Z’EV, connu pour être l’un des pères du mouvement industriel à la fin des années 70, avant d’intégrer une dimension tribale dans sa musique au fil des années 80. Depuis les années 90, il collabore avec toute la scène électronique expérimentale, que ce soit Pita, Stephen O’Malley, KK Null et BJ Nilsen.

La rencontre devait avoir une saveur particulière pour Jason Kahn. Fan de Z’EV depuis la première heure, créant quelques contacts épars, il recevait un mail de Z’EV en 2008 l’informant qu’il venait jouer à Genève et lui proposant de faire quelques concerts ensemble.
C’est ainsi que Jason Kahn et Stefan Joel Weisser se retrouvent à Lausanne le 13 avril 2009 pour un concert que l’on considèrera comme improvisé. Si Z’EV est aux percussions, la petite originalité de ces deux concerts est de voir Jason Kahn se partager entre percus et synthé analogique, apportant de nouvelles tonalités plutôt bienvenues. On commence par des frottements métalliques sur fond de ronronnements électroniques pour une ambiance franchement industrielle, voire menaçante quand les basses se mettent à vrombir. Les deux hommes alternent ensuite entre grelots de bois, maracas, frottements sur les peaux des tambours, rapides frétillements des cymbales créant une douce résonance, coups de tambours tempérés avec, au bout de 20-22mn, une tension qui finit par monter. Les percussions se font de plus en plus sauvages, les sources sonores se multiplient, et Jason Kahn joue d’une tonalité de synthétiseur qui finit par l’emporter.

Le lendemain à Zürich, mêmes artistes, mêmes instruments, même langage donc, mais pour un résultat qui nous apparaitra nettement plus tendu. Très tôt les grelots et maracas frétillent, les machines grésillent, et ce deuxième concert enchaîne rapidement les moments de tension et de menace, donnant l’impression sur les derniers instants d’une multitude d’objets qui se rencontrent sur un tambour, mêlant entre-chocs et résonance sourde des peaux.

Intéressant témoignage, souvenir pour ceux qui y étaient, c’est toutefois le genre de chose que l’on préfèrerait voir en live qu’écouter sur disque (et cette question perpétuelle de l’intérêt des disques de concerts d’improvisation).

Fabrice ALLARD
le 13/02/2011

À lire également

Neurobot
Pętla Bohumína
(Monotype Records)
Lydia Lunch & Philippe Petit
Twist of Fate
(Monotype Records)
Acker Velvet
Carbon & Chairs
(Monotype Records)
23/04/2004
Festival Avril.Dot : (...)
(Confluences)