Brasil And The Gallowbrothers Band

In The Rain, In The Noise

(Cat|Sun / Import)

 date de sortie

04/10/2010

 genre

Rock

 style

Ambient / Post-Rock

 appréciation

 écouter

5 extraits (MP3)

 tags

Ambient / Brasil And The Gallowbrothers Band / Cat|Sun / Mirt / Post-Rock

 liens

Mirt
Cat|Sun
Brasil And The Gallowbrothers Band

 autres disques récents
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)
Teruyuki Nobuchika
Still Air
(Oktaf)
Zane Trow
The Transient Implosion
(Room40)
(ghost)
The First Time You Opened Your Eyes
(Sound in Silence)

Comme son nom ne l’indique pas, Brasil And The Gallowbrothers Band est une formation polonaise au sein de laquelle on retrouve Tomasz Mirt, un artiste que l’on découvrait l’été dernier en tant que Mirt, son projet solo. Pour la petite histoire ce groupe existe depuis une quinzaine d’année, d’abord sous le nom de One Inch Of Shadow, évoluant ensuite en fonction de l’arrivée ou du départ de certains membres. Le noyau est composé de Mirt (guitare et machines) et T.E.R. (synthé analogique et effets), aujourd’hui enrichi de Rafał Michałowski pour un meilleur équilibre entre électronique et acoustique.

L’album s’ouvre sur une pièce de 20mn, naturellement imposante au regard des quatre titres qui complètent l’album. Elle permet de commencer en douceur avec une ambient soyeuse mêlant nappes électroniques proches de chœurs, field recordings de chants d’oiseaux, et lente mélodie de duduk, une sorte de hautbois arménien aux légères consonances orientales. Douceur quasi mystique, tout juste ponctuée de quelques vibrations de basses électroniques, avant que les guitares ne fassent leur apparition, légères. La deuxième moitié de Do You Remeber Our Holiday Camp ? est plus abstraite, marquée de nombreux bruitages, rapides frottements au niveau des micros d’une guitare, un harmonica répétitif, des percussions et tintements, pour s’achever sur une guitare basse aux cordes claquantes et un chant atone, une formule qui nous rappelle vaguement les travaux de Labradford.

L’approche est un peu plus pop sur la suite de l’album, que ce soit via l’utilisation du chant ou de mélodies limpides, tout en gardant un certain détachement, un style nonchalant. Le groupe joue régulièrement avec la répétition, que ce soit les guitares de Spider Is Awaken ou les percussions de verre de Another Night In Cottage No. 21, ajoutant par ci par là quelques enregistrements d’ambiance ou des nappes de flûte.
Les deux autres morceaux voient la participation de Rafał Michałowski au chant. Les oiseaux piaillent toujours, mais le tempo est mécanique et la voix est proche du spoken word sur Voices Of The City And The Rhythms Of The Dunes, à la fois doux et sombre. Quant à Far From The Rest, il ne nous faudra que quelques secondes pour l’assimiler à Tarwater avec sa rythmique fine, minimaliste et ses vocaux désenchantés.

L’album dans son ensemble est très plaisant, accrocheur, alternativement entêtant et au charme discret. On pourra cependant lui reprocher un son un peu daté et un petit manque de prise de risque.

Fabrice ALLARD
le 20/02/2011

À lire également

Mekanik Kommando
Shadow of a Rose
(Cat|Sun)
Alberto Boccardi
Fingers
(Cat|Sun)