Relapxych.0

City Nightlights

(Ghost Sounds / Import)

 date de sortie

23/09/2010

 genre

Electronique

 style

Ambient

 appréciation

 écouter

4 extraits (MP3)

 tags

Ambient / Ghost Sounds / Relapxych.0

 liens

Relapxych.0
Ghost Sounds

 autres disques récents
Extreme Precautions
I
(In Paradisum)
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)
Teruyuki Nobuchika
Still Air
(Oktaf)

Nous avions déjà parlé de Relapxych.0 lors de son apparition sur la compilation Instinct qui lançait le label français Entropy Records et précédemment sur le cinquième volume des compilations Cottage Industries de Neo Ouija. On revient aujourd’hui sur ce projet du suédois Anders Peterson avec un album qui prend justement pour point de départ le titre City Nighlights, extrait de la compilation Instinct.

Point de départ puisque l’album s’ouvre sur ce titre, mais il s’agit en fait d’un peu plus. Cet album est en réalité un développement du même thème avec ses variations et prolongations. Mais reprenons les choses là où nous les avions laissées.
City Nightlights est une pièce ambient de plus de 13mn, plutôt bien menée. Aux classiques nappes se joignent une multitude de petits bruitages aux teintes lumineuses, écoulements d’eau, quelques gouttes qui tombent, des sortes d’éclats, des bribes de chœurs lointains, mais aussi quelques basses sourdes, des claquements qui contribuent à faire de ce premier titre une pièce contrastée, toute en relief. Or justement, comme son titre le suggère, la version City Nightlights (Beat Reduced) qui conclue l’album paraîtra un peu fade, le son un peu étouffé, tout en y gagnant en douceur il est vrai.

Ensuite les titres changent, mais la musique évolue assez peu. On retrouve les mêmes nappes, les mêmes tintements sur City Nightlights II, une ambiance feutrée qui semble provenir de souffles et field recordings captés notamment aux alentours de la gare centrale de Stockholm, tandis que plus loin City Nightlights III se voit parsemé de sourdes pulsations.
Deux titres se détachent un peu, donnant un peu moins l’impression d’être des remixes de City Nightlights. Interdimensional est plus expérimental avec une ambiance étouffante, rendu feutré par des effets de souffles et parsemé de bruitages rythmiques. On préfèrera Landmark II pour sa rythmique minimale dont le tempo lorgne vers le dub.

Au final, notre sentiment est assez partagé. Il s’agit là d’une ambient assez classique, qui convaincra sans peine et que l’on prend plaisir à écouter. On regrettera par contre cette impression d’écouter un EP de 50mn, reprenant trop fréquemment (et facilement) la même trame.

Fabrice ALLARD
le 25/02/2011

À lire également

V/A
Instinct
(Entropy Records)