Julien Prévieux : Anomalies construites

 date

du 02/02/2011 au 19/03/2011

 salle

Galerie Édouard Manet,
Gennevilliers

 appréciation
 tags

Galerie Édouard Manet / Julien Prévieux

 dans la même rubrique
du 03/02/2017 au 08/05/2017
Emmanuel Saulnier : Black Dancing
(Palais de Tokyo)
du 28/03/2017 au 06/05/2017
Rien ne nous appartient : Offrir
(Fondation d’entreprise Ricard)
du 10/02/2017 au 23/04/2017
Thomas Huber : L’Imagination au Pouvoir
(HAB Galerie)
du 19/01/2017 au 16/04/2017
Strange Days
(Le Plateau / FRAC Île-de-France)
JPEG - 17.8 ko
MENACE
(courtesy Galerie Jousse Entreprise)

Pour son exposition personnelle à la Galerie Édouard Manet, Julien Prévieux nous propose l’un de ces titres en oxymore qu’affectionnent les créateurs contemporains. En fait d’anomalies construites, le Français s’attache majoritairement aux rapports entre l’homme et la machine, et plus spécifiquement à des figures de confrontation ou de décalage entre eux. Ainsi, le spectateur est convié à s’asseoir devant une suite de petits tiroirs qui constituent un appareil nommé MENACE avec lequel on peut jouer au morpion : pour que la machine trace une croix dans l’une des neuf cases, l’homme doit ouvrir celui des tiroirs sur lequel est dessinés la grille à l’instant T (une croix en haut à gauche et un rond au centre, par exemple) et choisir au hasard l’une des billes de couleur qui s’y trouvent. La couleur sélectionnée indiquera l’endroit de la grille à cocher. Puis l’homme joue et ainsi de suite. Il a été calculé qu’à terme, la machine l’emportera inévitablement.

Cette forme de résistance de la créature mécanique vis-à-vis de son créateur se retrouve aussi dans l’ingénieuse pièce sonore L’Huissier. Convié à se chausser d’un audioguide, le spectateur y entendra un huissier de justice décrire très précisément une exposition ; non celle dans laquelle on évolue, mais La Méthode graphique, précédente exposition de la Galerie Édouard Manet. Dispositif très ironique sur ces béquilles muséales que sont les audioguides, cette création institue un savoureux écart entre ce qu’on voit et ce qu’on entend.

JPEG - 23.1 ko
Le Lotissement
(courtesy Galerie Jousse Entreprise)

Pour que la machine et l’homme se synchronisent, les nouvelles technologies pourraient faire office de vecteurs idoines. Sous cet aspect, une vidéo permet à un géomodélisateur 3D travaillant chez Google Earth de narrer son quotidien et sa fierté lorsque son premier modèle s’est trouvé sur le serveur ; pendant que cette voix off intervient, un lent travelling balaye un open space vide d’hommes mais dans lequel chaque écran 16/9 est allumé. Pour faire le lien avec cette nouvelle mythologie, le garage dans lequel Larry Page et Sergey Brin ont inventé Google est modélisé par Julien Prévieux, aux côtés d’autres lotissements qui ont servi de refuge à Virgina Woolf, Le Corbusier ou Gustav Mahler. Tous réalisés en médium et peints à l’acrylique, alignés comme dans une banlieue pavillonnaire, ces constructions à taille humaine servent aussi à rendre plus humains ces grands créateurs.

François Bousquet
le 11/03/2011

À lire également

du 16/05/2013 au 06/07/2013
Adrien Missika : Tephra
(Galerie Édouard Manet)
du 08/11/2011 au 17/12/2011
Place !
(Galerie Édouard Manet)
du 07/12/2013 au 12/01/2014
Par les Temps qui courent
(LiFE)
du 21/10/2011 au 08/01/2012
2001-2011 : Soudain, (...)
(École Nationale Supérieure)