Renée Levi : Cursif

 date

du 14/01/2011 au 27/03/2011

 salle

Crédac,
Ivry-sur-Seine

 appréciation
 tags

Crédac / Renée Levi

 liens

Crédac
Renée Levi

 dans la même rubrique
du 28/03/2017 au 06/05/2017
Rien ne nous appartient : Offrir
(Fondation d’entreprise Ricard)
du 10/02/2017 au 23/04/2017
Thomas Huber : L’Imagination au Pouvoir
(HAB Galerie)
du 19/01/2017 au 16/04/2017
Strange Days
(Le Plateau / FRAC Île-de-France)
du 06/01/2017 au 16/04/2017
Stéphane Duroy : Again And Again
(Le Bal)

Avec ses toiles grands formats, l’épaisseur de sa peinture appliquée (après, pendant plusieurs années, avoir privilégié le spray), sa largeur de trait et son goût pour la couleur noire, on pourrait aisément penser que Renée Levi se situe dans une lignée bien balisée. Pour autant, la Stambouliote d’origine va au-delà de cet héritage puisqu’elle ne propose ni aplats, ni monochromie, utilisant par ailleurs le bleu et le vert. Plus encore, elle fait le choix d’opérer un véritable travail sur le geste et le support, permettant à présent au spectateur de faire le tour du châssis pour découvrir l’envers de la toile, alors qu’auparavant, elle s’adonnait à de la peinture murale.

JPEG - 11.5 ko
Vue de l’exposition

Ce dialogue avec les spectateurs se trouve aussi instauré par la présentation de carnets de dessins prélevés dans des papeteries où ils ont servi d’épreuves pour futurs acheteurs de stylos. Magnification de l’instantané, de l’irréfléchi et du spontané, cette démarche peut néanmoins également incarner tout ce qui peut être détesté dans l’art contemporain : récupération artistique d’objets banals, absence de recherche stylistique, sentiment que n’importe qui pourrait en faire autant…

JPEG - 31.8 ko
Vue de l’exposition

Évidemment, la présence en regard d’œuvres allant jusqu’à six mètres de large balaye ce genre de critiques, d’autant plus que Renée Levi ne se limite pas à des grands coups de rouleaux mais effectue un véritable travail géométrique sur la toile (Sans Titre (1) et son découpage façon fenêtres à peine perceptible). On retrouve alors son attachement au support qu’exploite enfin la photographie Paradiesrain dans laquelle on voit l’artiste se tenir devant une benne à ordures remplie de débris post-installation.

François Bousquet
le 18/03/2011

À lire également

du 08/04/2016 au 26/06/2016
Ana Jotta : Ti Re Li (...)
(Crédac)
du 14/09/2012 au 16/12/2012
L’Homme de Vitruve
(Crédac)
du 20/01/2012 au 25/03/2012
Mathieu Mercier : Sublima
(Crédac)
du 10/04/2015 au 28/06/2015
Delphine Coindet : (...)
(Crédac)