C.H. District

Conclusion

(M-Tronic / La Baleine)

 date de sortie

00/09/2010

 genre

Electronique

 style

IDM / Industriel

 appréciation

 tags

C.H.District / IDM / Industriel / M-Tronic

 liens

C.H.District
M-Tronic

 autres disques récents
Extreme Precautions
I
(In Paradisum)
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)
Teruyuki Nobuchika
Still Air
(Oktaf)

C.H. District est le projet du polonais Mirosław Matyasik, découvert en 2003 sur un split album (Chemical Elements 1.0) publié par M-Tronic. Le Polonais est resté fidèle au label parisien sur lequel il sort ici son deuxième album.

C’est assez confiant que l’on pose l’album sur la platine, quasiment assuré de savoir à l’avance ce que l’on va trouver sur ce disque. On a finalement écouté assez peu de choses de C.H. District, mais le polonais répond à tous les critères qui lui permettent de signer chez M-Tronic, un label que l’on suit depuis de nombreuses années maintenant. Au programme une electronica/IDM, légèrement typée indus avec juste ce qu’il faut de percussions métalliques et de basses un peu lourdes.
On n’est pas bien loin du compte, mais l’album s’ouvre sur un Con-Trust que l’on trouvera particulièrement proche des premiers Autechre, tant par le choix des sonorités de synthèse que par ses rythmiques cassantes. On a ensuite l’impression que le Polonais va adopter un son un peu plus dur sur Shrink. Les percussions sont fermes, martelées et mécaniques, mais C.H. District fini presque toujours par laisser s’immiscer de petites mélodies electronica qui allège le ton et apporte un peu de lumière.

Au fil de l’album, c’est un bel équilibre qui s’installe entre les éléments rythmique d’une electro-indus et des mélodies efficaces, des sonorités rebondies qui contribuent à une certaine douceur. C’est ainsi que l’on se retrouve avec des basses nasillardes et envolées synthétiques sur Burnout, une approche plus minimale et mécanique avec Conclusion pour revenir aux douceurs mélodiques de Creep, plus riche et aux constructions plus fines.
La plus grosse surprise on la trouvera en fin d’album, avec Like a Human, une collaboration avec Tomtylor, un autre polonais ici au chant. Un résultat dans la plus pure tradition electro-pop, une sorte de Depeche Mode à la voix légèrement traitée. Efficace.

Un album agréable, bien mené, équilibré, bref, on sait où on va. Pour une fois, pas de remixes pour compléter le disque et c’est très bien ainsi, la dizaine de morceaux ici présentés formant un tout harmonieux.

Fabrice ALLARD
le 28/02/2011

À lire également

Wild Shores
Illusion of Movement
(M-Tronic)
Displacer
Arroyo
(M-Tronic)
Duuster
Habitat
(M-Tronic)
G-Nox
Ventre
(M-Tronic)