Solo Andata

Ritual

(Desire Path Recordings / Import)

 date de sortie

00/10/2010

 genre

Electronique

 style

Ambient / Expérimental / Electroacoustique

 appréciation

 tags

Ambient / Desire Path Recordings / Electroacoustique / Expérimental / Solo Andata

 liens

Solo Andata
Desire Path Recordings

 autres disques récents
Luminance Ratio
Honey Ant Dreaming
(Alt.Vinyl)
Extreme Precautions
I
(In Paradisum)
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)

Un an après leur album chez 12k, on retrouve le duo australien sur une nouvelle structure. Desire Path Recordings est un label américain qui s’oriente vers les musiques ambient, néo-classique et le field recording, avec pour principales influences Type, Hibernate, Miasmah, ou encore 12K. À l’image de ce premier album, les sorties du label devraient toutes être en vinyle, avec toutefois la possibilité d’acheter des versions digitales sur les principales plateformes de téléchargement, mais pas de CD prévu donc.

En relisant la chronique du dernier album de Solo Andata, on se dira que Ritual en est la suite logique, s’ouvrant sur le même type d’éléments. Des field recordings bucoliques (piaillements d’oiseaux et chants d’insectes), puis une texture d’abord discrète, ambient et linéaire, qui prend de l’ampleur pour se rapprocher alors d’un cri infini et stressant sur Aggregate. À l’image de la pochette, la musique de Solo Andata est sombre et inquiétante. Le duo à l’art de doser ses sonorités, de les faire apparaître sournoisement, de les laisser roder, les faire tourner autour de nous, comme si elles nous observaient, avant de s’effacer au profit d’une nouvelle texture, d’un lourd frottement contre les cordes d’un violoncelle, d’un râteau qui semble gratter des graviers avec une régularité imperturbable, un piano aussi, qui donne des coups à intervalles réguliers sur Carving et se mêle à quelques percussions acoustiques, cymbales, frottements et coups métalliques se faufilant au sein des froissements et crépitements de Myrmecia.

La face B est composée d’une seule piste de 20mn, mais on distingue clairement plusieurs mouvements. On retrouve le même contraste entre denses bruitages rythmiques granuleux et douceur d’une ambient lancinante qui semble tenir autant de l’électronique que de l’acoustique. On se laisse ainsi bercer dans un premier temps par le lent tempo d’une basse et quelques grincements métalliques de toute beauté. La deuxième partie semble servir de transition en se rapprochant du drone et en intégrant des percussions métalliques en guise de ponctuation régulière qui serviront de matière première au dernier mouvement. Des coups sourds, des pulsations, font penser au battement d’un cœur, des cloches résonnent, toujours lentes et posées, permettant de structurer un assemblage de field recordings lointains, nappes, drones et résonances diverses.

Une ambient organique, vivante, qui prendra le temps de s’éteindre, doucement, laissant l’auditeur seul avec quelques coups de gong sur les dernières minutes. Solo Andata se distingue clairement des productions ambient en mêlant électronique et acoustique, créant du coup une musique que l’on imagine parfaitement prendre vie en concert.

Fabrice ALLARD
le 06/03/2011

À lire également

Solo Andata • Seaworthy • Taylor Deupree
Live in Melbourne
(12k)
Solo Andata
In The Lens
(12k)
Solo Andata
s/t
(12k)
Kyle Bobby Dunn
Ways Of Meaning
(Desire Path Recordings)