Pascal Pinon

s/t

(Morr Music / La Baleine)

 date de sortie

03/12/2010

 genre

Rock

 style

Folk

 appréciation

 écouter

I Wrote A Song (RealAudio complet)

 tags

Folk / Morr Music / Pascal Pinon

 liens

Morr Music
Pascal Pinon

 autres disques récents
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)
Teruyuki Nobuchika
Still Air
(Oktaf)
Zane Trow
The Transient Implosion
(Room40)
(ghost)
The First Time You Opened Your Eyes
(Sound in Silence)

Pour sa cent-unième référence, Morr Music part avec un triple handicap, conjonction des faiblesses récemment relevées sur la structure allemande : ressortir un disque déjà paru d’un groupe islandais opérant dans un folk acoustique inoffensif. Ressortir un disque déjà paru car ce premier album de Pascal Pinon a connu une première publication l’an passé. Signer un groupe islandais (comme s’il fallait absolument, après Múm, Benni Hemm Hemm, Seabear, Borko ou Sin Fang Bous, ne rater aucun artiste de l’île nordique) car, derrière ce patronyme hommage à l’un des « monstres de foire », se cachent en réalité les jumelles Jófrídur et Ásthildur Ákadóttir. Proposer à nouveau du folk acoustique très classique puisque les adolescentes se limitent à mêler leurs voix graciles sur des compositions à la guitare sèche.

Au-delà de ces accès de scepticisme, on peut souligner la relative fraîcheur qui émane de ce court premier album, avec ses onze titres en à peine trente minutes, a fortiori quand les sœurs optent pour l’islandais plutôt qu’un anglais encore plus passe-partout (Djöflasnaran, Sandour, Kertið Og Húsið Brann) ou quand elles choisissent de pincer leurs accords (I Wrote A Song). Mais, globalement, on trouve trop de facilités et de naïveté : présence récurrente du Glockenspiel, duo systématique au chant, chœurs en « tu-tu-lu », paroles allant jusqu’à évoquer Harry Potter. Autant de points négatifs qu’on veut bien mettre sur le compte du jeune âge (seize ans) des Islandaises, mais qu’en revanche, on n’est pas loin d’attribuer au label qui pourrait faire preuve de davantage de discernement.

François Bousquet
le 18/03/2011

À lire également

Seabear
The Ghost That Carried Us Away
(Morr Music)
Phonem
Ilisu
(Morr Music)
Manual
Until Tomorrow
(Morr Music)
Electric President
Sleep Well
(Morr Music)