Aernout Mik : Communitas

 date

du 01/03/2011 au 08/05/2011

 salle

Jeu de Paume,
Paris

 appréciation
 tags

Aernout Mik / Jeu de Paume

 liens

Jeu de Paume

 dans la même rubrique
du 22/09/2016 au 11/12/2016
Mark Geffriaud : Deux Mille Quinze
(Le Plateau / FRAC Île-de-France)
du 06/09/0216 au 29/10/2016
Paris
(Fondation d’entreprise Ricard)
du 02/06/2016 au 09/10/2016
Telling Tales : Excursions In Narrative Form
(Museum of Contemporary Art)
du 23/06/2016 au 11/09/2016
Mika Rottenberg
(Palais de Tokyo)

Depuis 2004 qu’il a rouvert ses portes pour se consacrer à l’image sous toutes ses formes, le Jeu de Paume a su développer une véritable aisance dans l’exposition de travaux vidéo. Exercice difficile s’il en est, la présentation d’images filmées constitue le cœur de la monographie dédiée à Aernout Mik, vidéaste néerlandais dont huit œuvres sont ici montrées, dans des dispositifs qui, une nouvelle fois, brillent par leur adéquation au contenu.

JPEG - 14.7 ko
touch, rise and fall
(Courtesy carlier | gebauer)

Huit films donc, et huit témoignages d’une volonté de s’attacher au groupe. Cette conjonction d’intérêts se fait force revendicatrice dans Communitas et Schoolyard, vidéos dans lesquelles manifestation au sein du Palais de la culture et de la science de Varsovie et sit-in dans une cour d’école sont organisés. Le groupe peut également être montré comme représentant d’un corps social ou d’une profession : parallèle entre voyageurs faisant leurs achats dans les boutiques duty free d’un aéroport et agents chargés de la fouille des bagages dans touch, rise and fall, peinture des courtiers et agents de change dans Middlemen, re-création d’une salle d’audience d’un tribunal avec tous ses intervenants dans Shifting Sitting. La communauté peut aussi être celle peuplant une région du monde comme dans Osmosis and Excess, tourné à Tijuana et ses alentours, ou bien une confrérie joyeuse et aux pouvoirs désinhibants (Park où hommes et femmes sautent autour d’un arbre dans un jardin public).

Alors que le grain de l’image et les sujets abordés pourraient laisser penser à un travail essentiellement documentaire, le matériel d’exposition nous apprend qu’en réalité, les films d’Aernout Mik sont majoritairement mis en scène, avec comédiens et actions préparées. En revanche, on fut frappé par l’absence de son sur toutes les vidéos sauf une, Raw Footage qui s’avère la seule à ne pas être mise en scène (il s’agit de rushes tournés dans une ville des Balkans au moment de la guerre du début des années 90) ; comme si son et mise en scène ne pouvaient intervenir en même temps et qu’il faille absolument choisir l’un ou l’autre.

De prime abord, la multiplicité des écrans (jusqu’à trois pour la même œuvre) peut sembler un peu gratuite, d’autant plus qu’ils ne permettent pas vraiment de présenter des points de vue différents, mais simplement de montrer des angles de vue légèrement autres, au gré d’un petit décadrage. Cependant, à bien y réfléchir, cette mise en espace fait naître un sentiment d’immersion du spectateur dans les films considérés. Associée à une scénographie jouant sur la grandeur des salles du Jeu de Paume, les cimaises basses et le peu de bancs mis à disposition d’un public souvent contraint de s’asseoir par terre mais restant particulièrement attentif et silencieux, cette impression nous fit même penser que nous étions nous-mêmes plongés dans un film d’Aernout Mik. Un rien manipulatrice, comme ses films d’ailleurs (et notamment les plus « institutionnels » tels Communitas et Shifting Sitting où, pour relater les affaires tournant autour de Berlusconi, il fait jouer les protagonistes du procès par des comédiens), cette mise en abyme ne se révéla finalement pas si dérangeante.

Itinérance de l’exposition :
- du 29 octobre 2011 au 29 janvier 2012 : Museum Folkwang - Essen
- 2012 : Stedelijk Museum – Amsterdam

François Bousquet
le 29/04/2011

À lire également

du 01/07/2008 au 28/09/2008
Virginie Yassef : La (...)
(Jeu de Paume)
du 19/09/2006 au 31/12/2006
Friedlander
(Jeu de Paume)
du 20/1/2009 au 22/3/2009
Mario García Torres : (...)
(Jeu de Paume)
du 09/02/2010 au 06/06/2010
Esther Shalev-Gerz : (...)
(Jeu de Paume)