V/A

Tasogare : Live In Tokyo

(12k / Metamkine)

 date de sortie

01/02/2011

 genre

Electronique

 style

Ambient / Expérimental / Live

 appréciation

 écouter

5 MP3 complets

 tags

12k / Ambient / Expérimental / FilFla / Fourcolor / Kane Ikin / Keiichi Sugimoto / Live / Minamo / Moskitoo / Sawako / Solo Andata / Taylor Deupree

 liens

FilFla
Sawako
Solo Andata
12k
Moskitoo
Kane Ikin

 autres disques récents
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)
Teruyuki Nobuchika
Still Air
(Oktaf)
Zane Trow
The Transient Implosion
(Room40)

Ce n’est pas la première fois que 12k nous livre un album live. En 2005, avec Taylor Deupree et Christopher Willits, puis en 2008 avec Solo Andata, Seaworthy et à nouveau Deupree, le label new-yorkais avait déjà fait paraître de telles captations, témoignages de concerts s’étant déroulés le même soir. Cette fois-ci, c’est sur deux jours qu’eurent lieu les prestations, Sawako, Hofli, Moskitoo et Solo Andata intervenant le premier soir, Minamo et Deupree le second. Afin de faire tenir ces cinq prestations sur un seul disque, le choix a été fait de ne sélectionner qu’une petite partie (entre neuf et dix-sept minutes de chaque concert), suffisamment longue cependant pour bien en profiter.

Pour sa prestation, Sawako était donc accompagnée d’Hofli, musicien japonais qui était intervenu sur le tout premier album de la demoiselle. Dans la continuité du convaincant Bitter Sweet, Sawako accepte que sa voix ne prenne pas toute la place, laissant un espace conséquent au travail instrumental qui peut alors se déployer dans une atmosphère délicate et bucolique (chants d’oiseaux, petits babillages, arpèges de guitare acoustique).

Au moment de passer au quart d’heure de Moskitoo, on ne s’attendait pas à grand-chose, le souvenir de son album paru en 2007 ne laissant rien augurer de passionnant. Or, ici, Sanae Yamakasi intègre massivement glitches, troncature ses compositions et utilise des éléments extrêmement pointus ; bref, on semble loin de l’electronica-pop de son premier disque. Et ce n’est même pas l’apparition d’un Glockenspiel au tiers du morceau qui vient changer fondamentalement la donne.

L’album sans titre de Solo Andata l’avait indiqué : le duo australien évolue à présent dans une ambient profonde et légèrement inquiétante. Nouvelle preuve avec cette captation d’une nappe enveloppante de laquelle surnagent tout d’abord quelques clochettes. Ensuite, le propos, sans perdre en densité, va paraître se dépouiller, permettant de saisir plus distinctement la participation de tel ou tel matériau et de profiter pleinement de ce qui s’apparente à du très bel ouvrage.

Durée, leur dernier album en date, venait de sortir quand les Japonais de Minamo ont réalisé leur prestation. Le quatuor poursuivit alors son goût pour des morceaux apparemment improvisés, dans lesquels la guitare électrique de Keiichi Sugimoto semble la plus consistante, avant que l’évolution du titre ne laisse davantage de place aux cymbales frappées par Tetsuro Yasunaga et aux apports électroniques.

Pour clôturer le disque, Taylor Deupree, présent sur tous les albums live en bon gérant de label, nous propose pour sa part une ambient lumineuse, avec sonorités scintillantes, légers tremblements et micro-larsens. Bref, quelque chose d’idéal pour résumer, si tant est que ce soit possible, l’esthétique 12k.

François Bousquet
le 22/04/2011

À lire également

V/A
Bip-Hop Generation v.8
(Bip-Hop)
Hypo
Coco Douleur
(Tsunami Addiction)
Pjusk
Sval
(12k)
V/A
Send + Receive - 10 Years of Sound
(Send + Receive)