Samuel Richardot

 date

du 19/03/2011 au 07/05/2011

 salle

FRAC Languedoc-Rousillon,
Montpellier

 appréciation
 tags

FRAC Languedoc-Rousillon / Samuel Richardot

 liens

FRAC Languedoc-Rousillon

 dans la même rubrique
du 23/06/2016 au 11/09/2016
Mika Rottenberg
(Palais de Tokyo)
du 08/06/2016 au 29/08/2016
Un Art Pauvre
(Centre Pompidou)
du 01/06/2016 au 15/08/2016
Melik Ohanian : Under Shadows
(Centre Pompidou)
du 14/05/2016 au 04/09/2016
Christian Hidaka : Desert Stage
(Grand Café)

Bien que la peinture ne soit pas forcément notre medium favori, on s’est quand même dirigé vers le bâtiment abritant le FRAC Languedoc-Roussillon, afin d’y découvrir le travail de Samuel Richardot. En effet, ce jeune diplômé des Beaux-Arts nous intriguait plutôt avec ses grandes toiles blanches sur lesquelles quelques motifs de couleur affleurent. Au sein de l’espace du FRAC, ce sont ainsi six peintures de deux mètres sur deux mètres et demi qui emplissent le lieu, sans encadrement ni cartel, presqu’à même de se fondre dans les cimaises du white cube. Sur ces toiles, traînées acryliques de couleur, formes indistinctes et lignes de ruban adhésif viennent perturber le caractère immaculé du support, posées sans véritable signification, ni volonté figurative apparente.

JPEG - 32.9 ko
Estrade n°2
(courtesy FRAC Languedoc-Roussillon)

L’effet de relief suggéré par les ajouts d’adhésif trouve un écho avec l’Estrade installée au centre du FRAC, longue de dix mètres et comportant pochoirs, papiers découpés et rouleaux de Canson. Plongée dans l’atelier de l’artiste, mais aussi origine des apports qui, après s’être échappés de ce plan de travail, on trouvé refuge sur les toiles, cette estrade symbolise autant l’envers du décor que son point de départ. Renchérissant la matérialité du travail de Samuel Richardot, cette grande surface située à quelques centimètres du sol peut même figurer un oasis échoué ou une île déserte, peuplée de ces petites formes colorées et découpées librement.

JPEG - 18.1 ko
Vue de l’exposition
(courtesy FRAC Languedoc-Roussillon)

Enfin, dans des formats moins imposants (46 x 55 et 50 x 65), deux séries de peintures ornent deux pans de mur et développent une démarche plus ramassée, ramenée aux simples acryliques et huiles et moins centrée sur le blanc. Par cette alternance, le Français démontre sa capacité à intervenir sur différents supports et dans différentes proportions, tout en conservant cette liberté et légèreté dans le geste.

François Bousquet
le 27/04/2011

À lire également

du 06/06/2008 au 28/09/2008
La Dégelée Rabelais
(FRAC Languedoc-Rousillon)