Absent Without Leave / :Take:

 date du concert

21/04/2011

 salle

Espace B,
Paris

 tags

:Take: / Absent Without Leave / Espace B / La Sardine

 liens

Absent Without Leave
:Take:
Espace B
La Sardine

 dans la même rubrique
15/09/2016
Quentin Sirjacq
(Maison Rouge)
05/09/2016
Chris Watson
(Fondation Cartier)
24/08/2016
Spring.Fall.Sea
(Pop In)
14/07/2016
Concert-surprise
(Blockhaus DY10)

Un concert rare ce soir à l’Espace B puisque le grec Absent Without Leave était de passage sur Paris dans le cadre d’une tournée européenne. En première partie, c’était l’occasion de revoir :Take: que l’on n’avait pas vu sur scène depuis un petit moment.

C’est le Français qui ouvre le bal, déjà en train de jouer son premier titre alors que l’on rentre dans la salle. La configuration n’a pas changé, guitare et pédales afin de se sampler, créer des boucles et superposer les strates mélodiques. Une guitare claire, limpide, lumineuse, quelques accords sous forme de nappes pour habiller l’ensemble, simple et efficace, cela dit peut-être trop simple pour tenir sur la longueur.
Justement la suite fera l’objet de quelques surprises plutôt bienvenues. Si :Take: débute son deuxième titre avec de lents accords de six cordes, il abandonne ensuite celle-ci pour passer au clavier posé à ses pieds, délivrant alors quelques mélodies hésitantes et boucles d’orgue un peu rétros. Le dernier morceau débutera au clavier, mêlant douces nappes et piaillements de bleeps, une électronique abstraite donc qui sera remise sur les rails par une guitare grave, répétitive et entêtante.
Un concert qui se terminera donc sur une bonne note mais qui nous laissera tout de même sur notre faim. Parfois un peu trop de joliesse, mais surtout un set d’une vingtaine de minute seulement...

JPEG - 83.8 ko
Absent Without Leave

Un petit quart d’heure de pause, le temps d’installer le matériel et un écran pour les projections de Absent Without Leave, et c’est parti pour le deuxième concert. Morceaux de 3mn, boucles de guitare répétitives, un jeu que l’on trouvera très appliqué, voire "scolaire", et on se dit que l’on ne tiendra pas longtemps à ce rythme. Et puis petit à petit divers éléments prennent place. Muni de différentes pédales lui permettant de déclencher samples et boucles, le grec ajoute une boite à rythme, intègre un nombre plus important de boucles mélodiques qui se croisent, mais toujours sur un tempo lancinant, comme épuisé, à bout de force. À l’écran défile une série de photos, fort belles, a priori les 500 photos qui illustrent les 500 exemplaires de son récent album Faded Photographs, récemment chroniqué sur ces pages.
Après un bon quart d’heure d’échauffement, on a l’impression de rentrer dans le vif du sujet. Des rythmiques électroniques plus complexes, quelques moments de tension, un tempo, un jeu qui passe à la vitesse supérieure, révélant une certaine énergie après un début de set plutôt amorphe. Des morceaux plus longs aussi, allant jusqu’à 6-8mn, qui prennent le temps de se développer, là où les premiers titres se contentaient d’une idée exploitée jusqu’à l’usure. Le bilan sera donc positif, on passera même par le stand pour acheter deux CD de l’artiste, mais on trouvera tout de même le temps un peu long (concert de plus d’une heure) et on se dira que les 2-3 premiers titres étaient dispensables.

Fabrice ALLARD
le 24/04/2011

À lire également

Absent Without Leave
Faded Photographs
(Sound in Silence)
V/A
A Small Frame of Reference
(October Man Recordings)
26/04/2012
Jasper TX / :Take :
(Espace B)
02/07/2009
:Take: / Félicia Atkinson
(Rigoletto)