Sohrab

A Hidden Place

(Touch / La Baleine)

 date de sortie

22/11/2010

 genre

Electronique

 style

Ambient / Field Recordings

 appréciation

 tags

Ambient / Field Recordings / Sohrab / Touch

 liens

Touch
Sohrab

 autres disques récents
Resina
s/t
(130701)
Altars Altars
Small Hours
(Home Normal)
Monty Adkins
Unfurling Streams
(Crónica Electronica)
Dakota Suite | Vampillia
The Sea Is Never Full
(Karaoke Kalk)

Sohrab est iranien, il est né à Téhéran, il a 26 ans. Il y a quelques années il créait un groupe punk avec son frère et un ami, les Fat Rats. Le dernier concert qu’ils ont donné a été interrompu par la police. Depuis, Sohrab se cache, il vit dans l’isolement et compose seul à partir de quelques machines.
Fin 2010, les choses se sont accélérées : le prestigieux label Touch sort cet album, uniquement disponible en vinyle, et invite Sohrab à jouer au Barghein, célèbre club berlinois, pour une soirée Touch aux côtés de Fennesz et Hildur Guðnadóttir. Sohrab vit actuellement à Berlin, et il a une demande d’asile politique qui est en cours d’étude...

Un contexte qui a son importance quand on sort un album intitulé A Hidden Place et que cette musique, à forte dominante ambient, nous évoque régulièrement le terme "isolationism", aussi bien pour son sens politique qu’en tant que genre musical. La musique de Sohrab est avant tout électronique, généralement composée d’un assemblage de nappes feutrées, un son que l’on trouvera proche de Biosphere sur Susanna qui ouvre l’album. Quelques claquements donnent un léger tempo, des basses flottent sur un enregistrement aquatique, et le tout nous évoque un certain dub électro, cotonneux, envoûtant.
Sur Somebody, tout semble lointain. La musique elle-même, comme filtrée, nous apparaît distante, comme le vague souvenir d’un pays éloigné, tandis qu’un chant semble être capté dans les environs, une femme travaillant dans un champ, un coq au loin. La première face se termine avec Pedagogicheskaya Poema dans un mélange de bouillonnement issu d’un traitement numérique, et de mélodie limpide, lumineuse.

La face B est construite selon un schéma similaire. Une ambient feutrée avec un rythme créé cette fois par une tonalité oscillante, issue de la résonance de cloches (Himmel Über Tehran), puis une deuxième partie qui gagne en noirceur avec A Hidden Place, un croisement de souffles et textures granuleuses, et là encore des voix que l’on a du mal à cerner : cri de panique, alerte ou chant tribal au milieu d’une atmosphère étouffante et désertique.
On termine avec les 6mn de Zarrin, nappes oscillantes que l’on croirait issues d’une guitare, quelques grésillements, des pulsations lumineuses et enfin l’impression de retrouver une sensation d’apaisement.

Un très beau premier album dont on pourrait reprocher un léger manque de personnalité, l’impression d’être en terrain déjà connu alors que l’on découvre cet artiste, mais un premier album toutefois prometteur !

Fabrice ALLARD
le 28/04/2011

À lire également

Biosphere
Shenzhou
(Touch)
Mika Vainio
FE3O4 - Magnetite
(Touch)
Jacob Kirkegaard
Labyrinthitis
(Touch)