As The Stars Fall

Redux

(Low Wood / Internet)

 date de sortie

17/01/2011

 genre

Electronique

 style

Electro / Post-Rock

 appréciation

 écouter

Album complet (Bandcamp)

 tags

As The Stars Fall / Electro / Low Wood / Post-Rock

 liens

As The Stars Fall

 autres disques récents
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)
Teruyuki Nobuchika
Still Air
(Oktaf)
Zane Trow
The Transient Implosion
(Room40)

Il y a quelques mois nous avions chroniqué Tempus Fugit, un chouette album de As The Stars Fall, globalement très orienté post-rock avec parfois quelques incursions sur des terres plus électroniques. Le trio français est déjà de retour avec un long EP (5 titres, 30mn), profitant d’un certain engouement suscité par l’album mais offrant aussi une nouvelle facette à leur projet.

Nous avions le souvenir de l’album, d’un post-rock classieux, certes assez classique, mais mariant habilement instrumentation acoustique (piano, guitare), électronique (finesse rythmique) et ambiances cinématographiques (nombreux samples de dialogues) au profit d’atmosphères désenchantées, voire sombres.
En fait cet EP semble être dans un premier temps la suite de Revolt qui était l’un des morceaux les plus électroniques de Tempus Fugit. On retrouve quelques samples a priori extraits de films, posés cette fois sur de grosses basses ronronnantes, des mélodies de synthés qui dégoulinent, puis de gros riffs de guitare, cassures et syncopes rythmiques. Avec ce Redux en guise d’ouverture, As The Stars fall donne l’impression d’abandonner la finesse acoustique au profit d’un gros son électro-rock, jouant un peu la facilité. Sur Rejected on retrouve le piano, mais il reste un peu perdu derrière des nappes syncopées, là aussi assez cliché. Si Tempus Fugit semblait porté par un sentiment de défaite, d’abandon, Redux donne ici l’impression de mettre l’accent sur la colère, la révolte, quitte à faire du rentre dedans.

Et puis on a l’impression de retrouver un peu le groupe que l’on connaissait avec As Far As The Eye Can See, des guitares douces, lancinantes, une rythmique de fanfare, mais As The Stars Fall donne l’impression d’appliquer une recette avec 3 minutes de douceur, un break, puis explosion de guitare électrique. Une recette encore appliquée sur le caudal Artificial Sun, et qui semble être le piège dans lequel tombe nombre de formations post-rock.
Il nous reste alors This is Hell, certainement le titre que l’on trouvera le plus intéressant. On a l’impression d’y retrouver l’influence de Clint Mansell, déjà remarquée sur l’album, mais on trouvera surtout une certaine originalité dans l’instrumentation avec un piano typé Rhodes, des cordes, et une rythmique ferme et up-tempo, quasiment orientée club.

On est un peu gêné par cette production qui donne l’impression que le trio cherche à ratisser plus large. Redux est très efficace, il a des chances de plaire au plus grand nombre, quant à nous on regrettera son manque d’ambition artistique.

Fabrice ALLARD
le 02/05/2011

À lire également

As The Stars Fall
Tempus Fugit
(BothSides)