Mark Fell

Multistability

(Raster-Noton / Metamkine)

 date de sortie

29/11/2010

 genre

Electronique

 style

Expérimental / Minimal

 appréciation

 tags

Expérimental / Mark Fell / Minimal / Raster-Noton / SND

 liens

Raster-Noton
Mark Fell

 autres disques récents
Luminance Ratio
Honey Ant Dreaming
(Alt.Vinyl)
Extreme Precautions
I
(In Paradisum)
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)

Mark Fell n’est peut-être pas un nom qui parle à tout le monde. Il s’agit en fait de la moitié de SND, célèbre duo remarqué sur le label Mille Plateaux et plus récemment chez Raster Noton. L’anglais connaissait en cette fin d’année 2010 une actualité particulièrement riche pour quelqu’un qui n’avait quasiment rien sorti en solo depuis environ 5 ans. En effet quelques jours après ce Multistability, sortait chez Editions Mego l’album UL8 dont nous vous parlerons dans deux semaines.

Comme on pouvait s’y attendre de la part de cet artiste, Multistability est un disque plutôt extrême en terme d’expérimentation. Disons qu’il s’agit avant tout de recherche sonore, d’un album conceptuel, et que les auditeurs qui ne seraient pas intéressés ou sensibles à cette approche musicale risquent d’abandonner au bout de 4-5 pistes. Autant l’avouer, il nous aura quand même fallu nous accrocher afin de poursuivre l’écoute, peut-être motivé par l’envie de comprendre la finalité de ce travail qui semble dans un premier temps très abstrait, austère, et qui se révèle petit à petit, laissant même apparaître quelques belles surprises sur les dernières pistes.
Mark Fell travaille sur le tempo. Il construit des boucles courtes mêlant tonalités électroniques et éléments rythmiques (clics, claps, kicks, glitchs). Ces boucles se répètent rapidement, tandis que divers paramètres viennent influer sur la régularité de ces répétitions. Il s’agit bien souvent de variations sur les silences, contribuant à une accélération ou un ralentissement du rythme de la pièce, mais créant aussi des cassures irrégulières. Parfois il s’agit d’un déphasage qui s’opère entre deux boucles initialement synchronisées (Multistability 4, Multistability 6-B).

On est d’abord surpris par les sonorités utilisées, typiques d’une laptop music, un son précis et métallique tandis qu’au niveau des éléments rythmiques on va du glitch à la boite à rythme. Tout comme les déviations de tempo, cette combinaison est assez variable : sur les premiers titres on y retrouve un son teinté de house, particulièrement marqué sur Multistability 10-A, 11, tandis que l’on décèlera des sonorités kraftwerkiennes sur Multistability 3. Quand la régularité est vraiment malmenée, Mark Fell nous donne l’impression d’inventer un jazz futuriste sur Multistability 4, et plus surprenant, on y verra même des bribes du French Kiss de Lil Louis (bien cachées !) dans Multistability 6-B.
Mais les meilleures surprises, on les trouve à la toute fin de l’album, par exemple quand les tonalités se font plus variées, délivrant d’incroyables mélodies sur Multistability 9. Sur Multistability 10-B c’est le contraste entre tempo frénétique et cassures qui surprend, donnant l’impression que tout se passe dans ces silences (qui n’en sont pas tout à fait !). Pour finir, l’artiste semble faire une entorse à son austérité conceptuelle sur Multistability 12, avec des sonorités nouvelles, douces et légères, qui apportent enfin un semblant d’humanité à cette musique.

Un disque difficile, une musique expérimentale, qui demandera certainement un petit moment afin d’être apprivoisé, mais qui au fil des écoutes saura se révéler attachant. À réserver aux plus curieux, ou naturellement aux fans de SND !

Fabrice ALLARD
le 03/05/2011

À lire également

19/04/2005
Autechre / SND
(Petrol)
Grischa Lichtenberger
Ununbium / Treibgut
(Raster-Noton)
14/06/2001
Curd Duca - Vladislav
(SonarMacba)
Frank Bretschneider
Super.Trigger
(Raster-Noton)