Eryck Abecassis

Resonant Doom

(Real Granular Reality / Metamkine)

 date de sortie

00/12/2010

 genre

Electronique

 style

Expérimental / Noise

 appréciation

 écouter

4 extraits (MP3)

 tags

Eryck Abecassis / Expérimental / Noise / Real Granular Reality

 liens

Eryck Abecassis
Real Granular Reality

 autres disques récents
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)
Teruyuki Nobuchika
Still Air
(Oktaf)
Zane Trow
The Transient Implosion
(Room40)

Eryck Abecassis est français. Il débute par des études de cinéma avant de bifurquer définitivement vers la musique en 1981. Une musique plutôt contemporaine, avec notamment un cursus à l’IRCAM, et depuis cinq ans environ une orientation vers la musique noise. On le trouve également au sein de Kernel, un trio qu’il forme avec Kasper T. Toeplitz et Wilfried Wendling que l’on découvrait il y a peu au festival Présences Électronique.
Avec Resonant Doom, l’artiste se focalise sur une instrumentation limitée et spécialisée : une guitare à double manque (guitare / basse), un laptop et un shermanfilter, effet du très prisé constructeur belge Sherman.

Sur la forme, cet album est asymétrique avec d’abord deux pistes de 8-9 minutes, puis deux autres de 21 et 17 minutes, alternant les deux instrumentations. On avait déjà écouté quelques productions très axées sur les possibilités du shermanfilter, mais on restait généralement dans les sphères d’une électronique dansante ou du drone. Avec son passé, son expérience, sa culture contemporaine, Eryck Abecassis joue dans un tout autre registre et produit une musique qui reste très expérimentale et plutôt abstraite.
Le disque s’ouvre par exemple avec L’invitée Bleue sur des souffles numériques, quelques glitchs et cliquetis, des ronronnements sourds voire menaçants, puis il opte pour une texture quasiment bruitiste. La suite est une alternance d’ambient sourde, étouffante, basée sur des drones, parfois ponctuée de brouillages sonores. Étant également composé au laptop et effet, on retrouve ce style sur Sh-An [ Le Chant Des Bruits ], toujours sur la corde raide entre bruit et apaisement, insérant quelques coups sourd par ci, quelques frétillements évoquant des percussions improvisées par là, avant de s’achever dans les superbes tournoiements de nappes et drones nasillards.

Les deux autres pièces sont donc composées à la guitare. Le style est ici assez différent, avec un jeu de guitare et basse qui semble faire en grande partie appel à l’improvisation. Naturellement le son est ici plus dur, plus rugueux, et il parait aussi plus impulsif, mais Camp De Fruits semble reprendre la même structure que L’invitée Bleue, alternant tensions et accalmies pour se terminer dans un fragile duo de nappe et drone.
Resonant Doom conclut l’album tout en longueur, surprenant d’abord avec une petit mélodie de guitare, mais l’instrument sert avant tout de source sonore tandis que les effets prennent le relai pour apporter textures granuleuses et rugissements.

Resonant Doom est un disque plus expérimental qu’on ne s’y attendait. On prendra donc soin de le recommander avant tout aux amateurs de musiques abstraites et de recherche sonore tant la palette d’Eryck Abecassis est large au regard d’une instrumentation limitée.

Fabrice ALLARD
le 08/05/2011