Jessica Warboys : Land & Sea

 date

du 08/04/2011 au 12/06/2011

 salle

Crédac,
Ivry-sur-Seine

 appréciation
 tags

Crédac / Jessica Warboys

 liens

Crédac

 dans la même rubrique
du 25/10/2017 au 07/01/2018
Gus Van Sant
(Musée de l’Élysée)
du 15/09/2017 au 23/12/2017
Clément Cogitore : Braguino ou la communauté impossible
(Le Bal)
du 21/09/2017 au 17/12/2017
Pierre Paulin : Boom Boom, Run Run
(Le Plateau / FRAC Île-de-France)
du 08/09/2017 au 17/12/2017
Alexandra Bircken : Stretch
(Crédac)

Comme annoncé, voici venu le temps d’évoquer ce second volet de la double exposition personnelle que présente Jessica Warboys en Île-de-France. Sans l’avoir prémédité plus que cela, nous nous étions rendus à la Maison d’art Bernard Anthonioz avant de venir au Crédac ; bien nous en avait pris car cet ordre de visite permet de prendre véritablement la mesure du travail de la Britannique. Cohérente, sa proposition d’ensemble brasse les mêmes thématiques et figures, si bien qu’on retrouve notamment au Crédac la figure du cerceau déjà très présente à Nogent-sur-Marne. Ainsi cet objet figure-t-il sous forme d’acier et verre dans la vidéo La Forêt de Fontainebleau, de roue dans le film Victory Park ou d’un hula hoop jaune simplement accroché sur le mur du fond de la grande salle du centre d’art.

JPEG - 9.7 ko
Blanche Clan
(courtesy Gaudel de Stampa)

De même, on ne sera pas surpris, dans le triptyque vidéo, de retrouver l’attirance de Jessica Warboys pour un passé presque merveilleux ou légendaire (texte de Marie de France, poétesse du XIIe siècle, lu par l’Anglaise ; ambiance sylvestre quasi-féérique) ainsi qu’un goût pour l’interaction avec la nature. À nouveau, des petits objets en céramique sont disposés sur un banc (Rolled) tandis que des petites fenêtres en bois sont tissées avec de la toile blanche (Blanche Clan) et que de grandes tentures colorées recouvrent des pans entiers de murs (La Cavea : Sea Paintings, Dunwich).

Pour autant, on ressort moins emballé qu’à la Maison d’art, peut-être parce que les créations de Jessica Warboys se prêtent moins à leur monstration dans un sous-sol blanc et borgne que dans un bâtiment du XVIIe siècle, chargé de son passé et de son histoire.

François Bousquet
le 05/06/2011

À lire également

du 12/09/2014 au 21/12/2014
The Promise Of Moving
(Crédac)
du 21/11/2008 au 11/1/2009
Leonor Antunes : Original
(Crédac)
du 24/03/2011 au 15/05/2011
Jessica Warboys : À (...)
(Maison d’art Bernard (...))
du 20/01/2017 au 02/04/2017
Lola Gonzàlez : Rappelle-t
(Crédac)