Valerio Tricoli + Robert Piotrowicz / :such :

 date du concert

09/05/2011

 salle

Bouillon Belge,
Paris

 tags

:such : / Bouillon Belge / Marsouins Lugubres / Robert Piotrowicz / Valerio Tricoli

 liens

Robert Piotrowicz
Marsouins Lugubres

 dans la même rubrique
29/11/2016
Moskus
(Maison de Norvège)
07/11/2016
Melmac
(Pop In)

Depuis quelques mois, on était informé de la tenue de concerts au Bouillon Belge, sans avoir pu s’y rendre jusqu’à présent. En ce lundi soir, l’occasion était donc trouvée de découvrir ce bar, situé à quelques encablures de la Place de la Nation, et qui nous fit immédiatement penser au Rigoletto : même positionnement à l’angle de deux rues, même ambiance gentiment vieillotte à l’intérieur (présence d’un flipper et d’une borne de jeux d’arcade vintages), même atmosphère doucement branchée (public d’habitués, intégralité d’OK Computer diffusée pendant que nous attendions le début des concerts) et même petite salle dévolue aux lives en sous-sol.

Peu après 21h, :such : ouvrit les débats en lançant cinq ou six magnétophones qu’il disposait au fur et à mesure dans toute la pièce, avant de rejoindre la console de mixage pour y jouer sur les pitches et la puissance sonore de chaque appareil. Travaillant aussi bien les grésillements que les larsens des sons préalablement enregistrés sur ses cassettes, le Français se fit donc plus créatif que la simple adjonction de textures, afin de mettre en place, pendant le quart d’heure de son set, un véritable drone oscillant.

Installés de part et d’autre de la table sur laquelle étaient placés leurs instruments, Valerio Tricoli et Robert Piotrowicz opérèrent en duo comme ils ont commencé à le faire depuis l’automne dernier. Restant assis, rivé sur ses machines et son laptop, le Polonais semblait se charger de l’arrière-plan pendant que l’Italien, debout, tournait frénétiquement ses potentiomètres, lançait des sons émanant de son lecteur de minidisque, agitait la bande magnétique de son Revox ou bien lâchait quelques poussées vocales dans un micro directement branché sur sa petite table de mixages. Le mélange de ces différentes sources sonores n’offrit pour débuter que quelques crépitements avant que le volume n’augmente petit à petit, jusqu’à emplir tout l’espace sonore, dans une tradition plus noise.

François Bousquet
le 10/05/2011

À lire également

Valerio Tricoli & Thomas Ankersmit
Forma II
(Pan)
19/02/2010
Valerio Tricoli / Radu
(Instants Chavirés)
V/A
qfg : A Compilation
(Parametric)