Zomes / Kogumaza

 date du concert

11/05/2011

 salle

Espace B,
Paris

 tags

Espace B / Kogumaza

 liens

Espace B
Kogumaza

 dans la même rubrique
15/09/2016
Quentin Sirjacq
(Maison Rouge)
05/09/2016
Chris Watson
(Fondation Cartier)
24/08/2016
Spring.Fall.Sea
(Pop In)
14/07/2016
Concert-surprise
(Blockhaus DY10)

Première étape d’une tournée commune qui les conduira également en Espagne, Italie, Autriche, République Tchèque, Allemagne et Belgique, la date parisienne de Zomes et Kogumaza n’avait pas déplacé les foules (comme trop souvent à l’Espace B, lieu pourtant assez courageux pour une partie de sa programmation). Par conséquent, ce n’est que vers 21h30 que le trio anglais s’installa devant une quinzaine de personnes pour une grosse demi-heure de musique entre post-rock et stoner-rock.

JPEG - 34.9 ko
Kogumaza

Découverte grâce au talentueux label Low Point qui avait publié un 7" du groupe l’an passé, la formation britannique se compose de musiciens appréciés par ailleurs, puisque les deux guitaristes jouent respectivement au sein de Felix (avec Lucinda Chua, pour un très bon album sur Kranky) et de Savoy Grand (groupe slow-folk signé sur Glitterhouse). Accompagnés de Katy Brown à la batterie, Chris Summerlin et Neil Johnson démontrèrent une capacité certaine à projeter directement l’auditeur dans un morceau, sans prévoir de montée en puissance (ni de decrescendo, d’ailleurs), embrayant immédiatement sur ces superpositions typiques de guitares, déformées par les pédales wah-wah et rythmées par des coups réguliers sur la caisse claire détimbrée ou les toms. Cette propension à tout envoyer tout de suite put néanmoins constituer une certaine limite de la proposition faite par Kogumaza puisqu’on retrouva, en vérité, le même schéma tout au long du set. À cet égard, la quasi-absence d’interruption entre chaque morceau n’aida pas à dissiper ce sentiment que l’écoute d’un 7" (avec ses six-sept minutes sur chaque face) ne fait en revanche pas naître. Pour autant, le trio livra une prestation globalement convaincante.

JPEG - 32.9 ko
Zomes

Dans un registre un peu plus psyché, Asa Osbourne se positionna en contrebas de la scène, assis derrière son clavier, actionnant lui aussi une wah-wah du pied gauche et lançant des rythmiques pré-programmées de la main droite. Le delay systématique sur les notes de clavier, la saturation des mélodies et le jeu à la pédale ancrèrent clairement l’ensemble dans le style précité au risque, une nouvelle fois, de reproduire la même formule d’un titre à l’autre. À son débit, par rapport à Kogumaza, Zomes était tout seul et assis ; l’aspect visuel en fut donc minoré, tout comme notre appréciation du concert.

François Bousquet
le 13/05/2011