Robert Crouch

An Occupied Space

(Dragon’s Eye Recordings / Import)

 date de sortie

00/01/2011

 genre

Electronique

 style

Ambient / Drone / Field Recordings

 appréciation

 écouter

2 extraits (Flash)

 tags

Ambient / Dragon’s Eye Recordings / Drone / Field Recordings / Robert Crouch

 liens

Dragon’s Eye Recordings
Robert Crouch

 autres disques récents
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)
Teruyuki Nobuchika
Still Air
(Oktaf)
Zane Trow
The Transient Implosion
(Room40)
(ghost)
The First Time You Opened Your Eyes
(Sound in Silence)

Après quelques EP, collaborations (avec Yann Novak, boss de Dragon’s Eye Recordings) et participations à des compilations, An Occupied Space est le premier véritable album de Robert Crouch. L’artiste, basé à Los Angeles, est avant tout actif au niveau des arts visuels (sculptures, installations), intégrant parfois la musique à son travail.
Pour ce premier album, le point de départ était des field recordings, enregistrements captés dans des lieux publics retenus pour leur musicalité. Il peut s’agir de galeries marchandes baignées de musique d’ambiance, ou plus classiquement de places et carrefours marqués par le bruit des passants.

S’il s’agit de la base même de ces cinq pistes, on se rend vite compte que ces enregistrements d’ambiances sonores passent en fait au second plan. En effet les petits tintements qui ouvrent l’album sur I Melt With You I sont vite rejoints par une nappe froide et oscillante, douce et infinie qui nous rapproche alors d’une ambient minimale, des travaux de William Basinski ou Richard Chartier qui sont d’ailleurs remerciés dans les crédits. Au second plan, on discerne de petits bruitages, certainement le fruit d’enregistrements qui apportent une deuxième lecture, plaçant le disque entre abstraction minimale et bribes de vie bien réelle, entre immobilisme et mouvement.

An Occupied Space n’opère pas de réel changement d’un morceau à l’autre. El Capitan nous apparaitra juste un peu plus classique avec des nappes ambient moins statiques, plus mélodiques, et des field recordings plus discrets, Firehouse II joue sur des rupture entre drones soufflants et accords de violoncelle (ou assimilé), mais Firehouse I nous permet de retrouver des nappes feutrées, envahies de souffles, plus proche du drone. En fonction des tonalités utilisées, l’artiste oscille entre ombre et lumière, entre ambiances cotonneuses et minérales.
On sera plus surpris par la construction de I Melt With You II qui conclue l’album avec une alternance de nappes texturées et de silences, laissant alors apparaître quelques bruitages granuleux et grésillements que l’on avait presque oublié.

Bien au delà du field recording, An Occupied Space donne plutôt l’impression d’être "An Empty Space" tant ces nappes et drones tendent à tout effacer et invitent à l’oubli. Un magnifique album pour amateurs d’ambient minimale et contemplative.

Fabrice ALLARD
le 14/05/2011

À lire également

i8u
29 Palms
(Dragon’s Eye Recordings)
Wyndel Hunt
Sunshine Noir
(Dragon’s Eye Recordings)
Pierre Gerard / Shinkei
Static Forms
(Dragon’s Eye Recordings)
Mem1 + Stephen Vitiello
Age of Insects
(Dragon’s Eye Recordings)