Natalie Beridze / TBA

Forgetfulness

(Monika Enterprise / La Baleine)

 date de sortie

04/03/2011

 genre

Electronique

 style

Ambient / Electronica / Pop

 appréciation

 écouter

The Face We Choose to Miss (Soundcloud)

 tags

Ambient / Electronica / Monika Enterprise / Natalie Tusia Beridze / TBA / Pop

 liens

Monika Enterprise
Natalie Tusia Beridze / TBA

 autres disques récents
Luminance Ratio
Honey Ant Dreaming
(Alt.Vinyl)
Extreme Precautions
I
(In Paradisum)
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)

D’abord découverte il y a 5-6 ans sur le premier volume des compilations 4 Woman No Cry du label Monika Enterprise, Natalie Beridze nous revenait l’an dernier avec un EP annonciateur de l’album dont nous parlons aujourd’hui. La jeune femme originaire de Georgie est auteure d’une électro-pop sortie des sentiers battus. À l’écoute de cet album, nous avons plutôt l’impression d’écouter une artiste venue de la pop et qui s’amuserait à expérimenter, plutôt que la formule classique d’un féru de machines qui se serait mis à intégrer du chant pour rendre ses expérimentations plus abordables.

Mine de rien, le résultat est très différent et fait preuve d’une fraicheur que l’on n’avait pas vu depuis bien longtemps. Peu connue, la Géorgienne est néanmoins très productive, plutôt régulière (un disque tous les deux ans), avec des albums plutôt riches. Forgetfulness n’échappe pas à la règle avec ses 14 pistes sur plus d’une heure, mêlant chansons et instrumentaux, dont une collaboration inattendue avec Ryuichi Sakamoto, le doux et calme Blue Shadow à base de piano et tintements électroniques.
On passera ensuite rapidement sur trois titres déjà présents sur le EP et donc déjà évoqués sur ces pages. Ils permettent notamment d’apprécier la variété des styles abordés. Un chant à deux niveaux, spoken word et rythmiques claquantes sur le très dur What About Things Like Bullets que l’on opposera à la douceur grésillante d’un Silently, véritable ambient féérique. Notre préférence se portera toutefois sur The Face We Choose To Miss, parfait tube électro-pop, contrasté, tout en cassures et relances, bénéficiant surtout de la voix feutrée de la Géorgienne.

Le reste de l’album nous ouvre donc sur d’autres styles, parfois très arides alors que l’on connaissait surtout Natalie Beridze pour ses chansons pop. Dès l’ouverture par exemple avec Nothing Ever Changes...Just Rearranges, la jeune femme mêle nappes feutrées et bruitisme électro-métallique et s’aventure plus tard vers de surprenantes abstractions électroacoustiques sur Deeply Superficial.
Mais rassurons les inquiets, ces expérimentations restent de courte durée et Forgetfulness contient également son lot de perles, et pas des moindres. Depuis quelques jours on reste scotché sur l’électro-pop minimale de Whatever Falls In Sumptuous, douce et chaloupée, dansante et poétique. Dans un tout autre registre on notera Give My Thoughts No Tongue et son piano à la Steve Reich avant de bifurquer vers une électronique foisonnante et désenchantée.
La jeune femme s’est sort tout aussi bien avec les instrumentaux, généralement dans une veine ambient. La douceur domine toujours avec le magnifique When Dreams Become Responsibility, simple mais jolie rêverie synthétique, tandis que l’album s’achève avec les 10mn de Half This Game Is Ninety Percent Mental, longue divagation mêlant électronique, piano et cordes.

Après 8 ans d’activité et ce premier album chez Monika Enterprise, tout ce que l’on souhaite à Natalie Beridze, c’est de gagner un peu plus de visibilité. Cette nouvelle production devrait l’y aider et même donner envie de partir à la découverte de ses précédents disques. Coup de cœur du moment !

Fabrice ALLARD
le 17/05/2011

À lire également

Gudrun Gut
I Put a Record on
(Monika Enterprise)
Barbara Morgenstern
Fan No.3 - Remixe (EP)
(Monika Enterprise)
Michaela Melián
Los Angeles
(Monika Enterprise)
Islaja
S U U
(Monika Enterprise)