Cory Allen

Pearls

(Quiet Design / Import)

 date de sortie

00/12/2010

 genre

Electronique

 style

Ambient / Minimal

 appréciation

 écouter

Extrait (Flash)

 tags

Ambient / Cory Allen / Minimal / Quiet Design

 liens

Cory Allen
Quiet Design

 autres disques récents
Matt Christensen
Honeymoons
(Miasmah)
Giulio Aldinucci
Goccia
(Home Normal)
Automatisme
Momentform Accumulations
(Constellation)
Gratuit

(Ego Twister)

Après l’ambient grésillante et légèrement noisy de The Fourth Way, puis celle plus expérimentale et minimale de Hearing is Forgetting the Name of the Things One Hears, voici le troisième album de Cory Allen dont nous parlons sur ces pages, toujours publié par Quiet Design, le label qu’il dirige avec Mike Vernusky.

Pearls est composé de quatre mouvements de 8-10 minutes, tous enchaînés afin de former une longue plage continue. On avait adoré The Fourth Way pour son mélange de douceur et de grésillements, et cette nouvelle production s’annonce comme une merveilleuse suite, mettant en avant calme et sérénité.
Ce nouvel album est d’une étonnante homogénéité. En effet bien malin celui qui saura faire la différence entre les deux premiers morceaux, Strange Birds et Lost Energizer. Une texture grésillante, douce comme un souffle, parsemée de tintements électroniques, flottants et mélodiques. Une musique contemplative qui fait perdre toute notion de temps. Ces mélodies distendues font en effet perdre tout repère et donnent à la fois l’impression de se répéter et d’être improvisées. Lost Energizer est un peu plus habité, plus mouvant, avec ce qui semble être des field recordings chuintants au second plan tandis que les tintements se poursuivent dans de longues résonances.

Avec Isozaki Clouds, l’artiste change un peu de ton et met l’accent sur l’accompagnement avec une étroite imbrication de souffles et nappes. La musique se fait alors plus ample avec des tintements plus clairs, mêlant électronique et acoustique, se rapprochant de marimba et vibraphone. Les divers éléments se déplacent lentement, à l’image des nuages dans le ciel, le brouillard cotonneux se fait plus épais, enveloppant alors l’auditeur d’une puissance paisible.
Dans une suite logique, Cory Allen poursuit son chemin vers l’abstraction et s’appuie sur un drone linéaire pour Blue Eyes. Quelques nappes oscillantes créent un mouvement, comme une vague qui revient indéfiniment, faisant perdre une nouvelle fois tout repère à l’auditeur.

Pearls est un véritable album ambient, doux et mélodique, bien plus facile d’accès que Hearing is Forgetting the Name of the Things One Hears et que l’on verra plutôt comme un prolongement de The Fourth Way.

Fabrice ALLARD
le 21/05/2011

À lire également

Mike Vernusky
Music For Film And Electro-Theatre
(Quiet Design)
Cory Allen
The Fourth Way
(Quiet Design)