Koji Asano

Galaxies

(Solstice / Import)

 date de sortie

01/12/2010

 genre

Electronique

 style

Ambient / Field Recordings

 appréciation

 tags

Ambient / Field Recordings / Koji Asano / Solstice

 liens

Koji Asano

 autres disques récents
Luminance Ratio
Honey Ant Dreaming
(Alt.Vinyl)
Extreme Precautions
I
(In Paradisum)
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)

Cela fait des années que l’on n’avait plus de nouvelles de Koji Asano. Une discographie un peu difficile à suivre au sein de laquelle on trouve à la fois des compositions purement électroniques et des pièces que l’on qualifiera de classiques contemporaines, composées par le Japonais et interprétées par des musiciens.
Nous avions alors un peu laissé Koji Asano de côté puis ce fut un long silence. C’est grosso modo depuis son retour à Tokyo en 2005 (il vivait auparavant à Barcelone) que nous n’avons aucune nouvelle du Japonais. Celui qui avait sorti 40 albums en dix ans ne produisait plus rien depuis 2006. Galaxies est son 44ème album et peut-être le début d’un nouvel élan dans sa carrière.

En effet avec ce nouvel album le Japonais aborde un style qu’on ne lui connaissait pas. Galaxies ne contient qu’une seule piste de 60 minutes, simplement composée de field recordings. Nous n’avons aucun détail concernant la composition de cet album. On ne sait pas s’il s’agit d’un enregistrement brut, s’il a été travaillé et dans quelle mesure Koji Asano est intervenu.
On est bien loin ici des travaux de Chris Watson. Le son de Galaxies est extrêmement dense, à croire qu’il s’agit d’un ensemble de captations en pleine nature qui ont été assemblées afin de créer cette ambiance quasi tropicale. Pendant une heure, cigales et piaillements d’oiseaux viennent vous titiller les oreilles d’une texture uniforme et assourdissante. Parfois on croit entendre une averse, la pluie clapotant sur les feuilles des arbres, à moins qu’il ne s’agisse d’une cascade, produisant une texture de bruit blanc.

La nature ici présentée comme toute puissante crée une sorte de cocon isolant l’auditeur du monde extérieur. Pourtant, alors que l’on se croit loin de tout, on devine le passage de quelques véhicules, voiture, mobylette, laissant à penser que cet écrin de nature se trouve à proximité de la civilisation.
Une minute avant la fin, les cris les plus stridents cessent brutalement, puis à 15 seconde du silence final, le niveau baisse encore avant de s’éteindre brutalement. Un final qui semble alors confirmer qu’il ne s’agit pas d’un enregistrement brut, mais d’un réel travail de studio, ce qui est plus en phase avec le compositeur que l’on connait.

Galaxies nous laisse tout de même une impression mitigée avec ses enregistrements ambient arrangés sous forme de musique quasiment bruitiste. Nous aurons certainement l’occasion de revenir sur le travail du Japonais qui semble connaître une nouvelle phase productive avec déjà un nouvel album depuis Galaxies.

Fabrice ALLARD
le 22/05/2011

À lire également

Koji Asano
Spirit of the Wardrobe
(Solstice)
19/01/2002
Koji Asano
(Instants Chavirés)
Koji Asano
The End of August
(Solstice)
Koji Asano
Absurd Summer
(Solstice)