Thomas Ankersmit / Phill Niblock

 date du concert

19/05/2011

 salle

Instants Chavirés,
Montreuil

 tags

Instants Chavirés / Phill Niblock / Thomas Ankersmit

 liens

Phill Niblock
Instants Chavirés
Thomas Ankersmit

 dans la même rubrique
29/11/2016
Moskus
(Maison de Norvège)
07/11/2016
Melmac
(Pop In)

Grosse affiche en ce jeudi soir aux Instants Chavirés, avec un public ayant répondu à l’appel mais que l’on s’étonne toujours de voir en quantité fort raisonnable. Deux concerts étaient prévus ce soir avec dans un premier temps le néerlandais Thomas Ankersmit en solo, et dans un deuxième temps en duo avec Phill Niblock et accompagné de projections.

Découvert à Présences Électronique en 2009, nous avons récemment beaucoup parlé de Thomas Ankersmit avec son Live in Utrecht et plus récemment de Forma II, une collaboration avec Valerio Tricoli.
Sur scène sont installés ses synthés analogiques parcourus de câbles, un laptop et son saxophone. Mais c’est aux machines que le concert débute de façon plutôt expérimentale. Un assemblage de bruitages arides, bruts, mêlant bleeps, grésillements, chuintements, frottements et autres zigouigouis indescriptibles. Une musique abstraite dans laquelle on retrouve une certaine richesse, un fourmillement de vie électronique. Les cassures brutales font partie du jeu, nous laissant par exemple en suspend avec une tonalité de basse pure, immobile. Sur scène Thomas Ankersmit donne l’impression de vouloir tout contrôler. Son jeu est plutôt nerveux, s’affairant sur ses machines, passant rapidement des câbles et boutons de son synthé à un rapide regard sur l’écran de son ordinateur, quelques mimiques donnant parfois l’impression que tout ne se passe pas comme prévu.

JPEG - 110.7 ko
Thomas Ankersmit

On distinguera d’abord trois pièces, toutes réalisées aux machines et alternant expérimentations électroniques, ambient tonale et drones électroniques habités. Au bout de 25mn, terminant sur une note électronique linéaire, Thomas Ankersmit se lève et prend son saxophone. Il joue alors la même note, croisant nappe électronique et drone acoustique, perfection des machines et accidents humains, faisant varier le son en bougeant régulièrement, profitant de la résonance des lieux. Cette dernière partie d’une grosse dizaine de minutes fut ainsi une excellente transition au deuxième set, nous laissant sur une excellente prestation.

Changement d’organisation pour la deuxième partie de soirée puisque des films étaient projetés sur le mur des Instants Chavirés. Tout le monde tourne sa chaise tandis que Phill Niblock est installé en contrebas de la scène avec un laptop et que l’on a perdu Thomas Ankersmit de vue...
Ce concert accompagnait donc des films de Phill Niblock, une sélection de sa série The Movement of People Working consacrée au travail. L’Américain a fait le tour du monde et il a filmé des gens au travail, des tâches manuelles qui nous paraissent parfois ancestrales. Deux films sont projetés simultanément et se répondent, l’un dédié aux travaux de la mer (pêche, réparation de filet, etc...) et l’autre principalement consacré à l’agriculture. L’idée est ici d’opposer le mouvement de ces corps à la musique apparemment statique de Phill Niblock.
Le regard rivé sur les films, on ne verra pas vraiment ce qui se passe au niveau des musiciens. Le drone produit dans un premier temps par Niblock nous paraîtra très électronique, mais on remarquera Ankersmit plus tard au saxophone sans que l’on ne se soit vraiment rendu compte qu’il s’était intégré au jeu de l’Américain. La musique de Phill Niblock était quand à elle très certainement enregistrée, plus une diffusion d’un véritable live, celui-ci passant le plus clair de son temps, comme nous, à regarder les films.
Un set plaisant, comme sur disque en fait, mais on finira par s’en lasser alors que cette deuxième partie dura environ 1h10.

Fabrice ALLARD
le 22/05/2011

À lire également

27/09/2014
Bozar Electronic Arts
(Bozar)
30/03/2008
Présences Electronique
(Maison de la Radio)
Thomas Ankersmit
Live in Utrecht
(Ash International)
V/A
Echtzeitmusik Berlin
(Mikroton Recordings)