Pleq

Absorbed by Resonance

(mAtter / Import)

 date de sortie

25/12/2010

 genre

Electronique

 style

Ambient / Glitch / Minimal

 appréciation

 écouter

3 extraits (Flash)

 tags

Ambient / Glitch / mAtter / Minimal / Pleq

 liens

Pleq
mAtter

 autres disques récents
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)
Teruyuki Nobuchika
Still Air
(Oktaf)
Zane Trow
The Transient Implosion
(Room40)

Pleq est le projet de Bartosz Dziadosz, artiste polonais particulièrement actif depuis 2 ans environ. Nous avions repéré l’un de ses morceaux sur la compilation Feeding The Transmitter du label anglais Amp Bit If Go Recordings en 2009, dans un style alors très electronica sur fond de denses bruitages rythmiques. Il a depuis sorti plusieurs albums, notamment chez U-Cover, et plus récemment chez Basses Frequences (nous y reviendrons très prochainement) et Progressive Form.
C’est justement sur un label japonais, mAtter, que sortait cet album fin 2010, jeune structure basée à Tokyo dont voici la cinquième référence, protégée par un packaging à la fois minimaliste et soigné.

Difficile de dire si cet album est vraiment représentatif du style du polonais, mais force est de constater que l’on est maintenant assez éloigné de l’electronica que l’on évoquait en introduction. Se détachant des clichés du genre, Pleq produit ici une ambient minimale, hypnotique, parsemée de grésillements et autres glitcheries.
Autre surprise, l’utilisation régulière d’une guitare comme principale source sonore, à commencer par Gap In Time avec deux petits frottements de cordes qui évoquent le tic-tac d’une horloge, et plus tard sur Getting Through avec un jeu complexe de cordes triturées puis jouées à l’envers dans un rythme lancinant, appuyé par le craquement régulier d’un vinyle.

Mais la musique de Pleq repose avant tout sur des nappes douces et limpides, et un rythme lent, créé à la fois par un effet d’oscillation de strates cotonneuses et la régularité implacable de boucles de fins bruitages. The Glow Of Minerals fera figure d’exception qui confirme la règle avec ses coups de basse métronomique, tandis que Absorbed By Resonance se voit parsemé de bruitages divers, comme jetés en pâture, donnant une impression de vie et de mouvement perpétuel.
Une pièce en particulier se distingue par sa durée. Avec ses plus de 21mn, Last Month’s est le morceau central, d’une ambient quasi statique, en suspend. Tout juste parsemée de bruissements électroniques, ses nappes semblent se déployer à l’infini, invitant tout simplement l’auditeur à l’apaisement, à l’oubli.

Nous reviendrons donc très prochainement sur Pleq afin de mieux cerner l’artiste, mais en attendant on conseille vivement cette production sur un label que l’on essayera de suivre.

Fabrice ALLARD
le 05/06/2011

À lire également

Pleq
Ballet Mechanic
(Basses Frequences)