Melodium

Coloribus

(Abandon Building Records / Import)

 date de sortie

16/04/2011

 genre

Electronique

 style

Electronica

 appréciation

 tags

Abandon Building Records / Electronica / Melodium

 liens

Melodium
Abandon Building Records

 autres disques récents
Extreme Precautions
I
(In Paradisum)
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)
Teruyuki Nobuchika
Still Air
(Oktaf)

Après son mini-album autoproduit sorti en début d’année, retour à une parution sur un véritable label pour Melodium. Publié sur Abandon Building, structure qui accueille le Français pour la première fois mais que ces pages ont déjà évoquée (notamment pour les disques de DoF), Coloribus voit Laurent Girard poursuivre dans la continuité de Petit Jama. Comme sur ce précédent disque, la tonalité d’ensemble de l’album se fait immédiatement reconnaissable, par la tessiture des éléments, cette capacité à ciseler de courts morceaux (deux minutes dix secondes de moyenne) dans lesquels on rentre tout de suite ou bien cette douce mélancolie enfantine qui émane de chaque titre.

Tant et si bien qu’on a même l’impression d’avoir déjà entendu certains morceaux (sentiment avéré lorsqu’on se rend compte que le très beau Sarah était bien déjà présent sur Petit Jama). Pas forcément négative, cette sensation, qu’on se souvient avoir déjà éprouvée à l’écoute d’autres disques de Melodium, conforte plutôt la conclusion de notre recension de Petit Jama : il s’agit là de la manifestation de la permanence d’un style. Style avec lequel le Français sait parfois prendre un peu de distance, quand, par exemple, il se consacre davantage sur les rythmiques dans une atmosphère plus industrieuse (Run, Run And Collapse voire le morceau-titre) ou qu’il opère dans plus de dénuement (Saltic De Ridig).

Mais, inévitablement, sa volonté de mettre clavier (I Am Epsilon), bouclées électroniques ou guitare acoustique (Something You Lost, End Theme) au centre du dispositif reprend le dessus. Indubitablement, c’est dans ces veines-là qu’on préfère Laurent Girard, plutôt que dans ses disques où il s’essaye au chant.

François Bousquet
le 19/06/2011

À lire également

Melodium
A Slight Difference in The Air Pressure
(Disasters By Choice)
V/A
Variable Access
(Active Suspension)
Origamibiro
Shakkei
(Abandon Building Records)
Melodium
Taramae
(Abandon Building Records)