Amy O’Neill : Forests, Gardens and Joe’s

 date

du 06/05/2011 au 17/07/2011

 salle

Centre Culturel Suisse,
Paris

 appréciation
 tags

Amy O’Neill / Centre Culturel Suisse

 liens

Centre Culturel Suisse

 dans la même rubrique
du 19/02/2016 au 16/05/2016
Jean-Michel Alberola : L’Aventure des Détails
(Palais de Tokyo)
du 19/02/2016 au 16/05/2016
Florian et Michaël Quistrebert : The Light of the Light
(Palais de Tokyo)
du 22/03/2016 au 07/05/2016
Dove Allouche : Mea culpa d’un sceptique
(Fondation d’entreprise Ricard)
du 18/02/2016 au 30/04/2016
Sur le Motif
(Maison d’art Bernard Anthonioz)

Revenue vivre à New-York après sept années passées en Suisse, Amy O’Neill est fortement imprégnée de la culture de ces deux pays. Comme à l’accoutumée avec l’États-Unienne, son travail se penche sur l’identité accolée à une appartenance nationale et les moyens de la traduire plastiquement. Cette fois-ci, c’est à deux symboles qu’elle s’attache : le drapeau et l’aigle.

JPEG - 22.2 ko
Deconstructing 13 Stripes and a Rectangle
(courtesy Centre culturel suisse)

On sait la valeur, outre-Atlantique, du premier (rien qu’en pensant aux condamnations d’activistes le brûlant) qui se trouve ici détourné en le reproduisant sur du tissu ou en le matérialisant au sol à l’aide de sacs de jute, bandes vertes et sables (Deconstructing 13 Stripes and a Rectangle). Occupant l’intégralité de la grande salle du Centre culturel suisse, cette installation navigue alors entre jardin potager et terrain d’entraînement dans un geste qu’on pourrait même qualifier d’antimilitariste. Cette dimension politique, pas forcément présente dans les travaux d’Amy O’Neill jusqu’alors, va se trouver confortée par la présence d’un fronton de bâtiment sur lequel trône un aigle (figure que l’on aperçoit également en trame de fond d’un tissu cousu main), ainsi rabaissé à un motif ornemental.

JPEG - 26.8 ko
Vue de l’exposition
(courtesy de l’artiste & Blancpain Art contemporain)

Au-delà de ces préoccupations, son souci de repenser l’héritage de la culture vernaculaire se traduit par une série de dessins de chalets suisses, la présence d’un épouvantail sommaire, deux vidéos centrées sur l’architecture typique de Pennsylvanie (Forest Park, Forest Zoo) et une arrière-salle de bar (Joes’ Bar). Enfin, plusieurs façades de maisonnettes de jardin sont alignées comme à la parade, autre motif de prédilection de la créatrice.

François Bousquet
le 08/07/2011

À lire également

19/05/2010
Je pense comme une (...)
(Centre Culturel Suisse)
du 15/05/2013 au 17/05/2013
Simone, Two, Three, (...)
(Centre Culturel Suisse)
17/11/2010
Oy
(Centre Culturel Suisse)
du 09/09/2007 au 28/10/2007
L’Europe en devenir (...)
(Centre Culturel Suisse)