Julia Kent

 date du concert

14/06/2011

 salle

Péniche El Alamein,
Paris

 tags

Julia Kent / Péniche El Alamein

 liens

Julia Kent
Péniche El Alamein

 dans la même rubrique
15/09/2016
Quentin Sirjacq
(Maison Rouge)
05/09/2016
Chris Watson
(Fondation Cartier)
24/08/2016
Spring.Fall.Sea
(Pop In)
14/07/2016
Concert-surprise
(Blockhaus DY10)

Il y a 4 ans déjà, nous étions passé à la Péniche El Alamein pour un concert de Julia Kent. Bateau improbable, violet, à la terrasse recouverte de plantes et à l’ambiance tropicale. La violoncelliste repassait par Paris à l’occasion de la sortie de Green and Grey, son nouvel album, accompagnée dans sa tournée européenne par Devon Sproule qui se situe quand à elle dans un registre folk/blues. Nous ne parlerons ici que du concert de Julia Kent.

Le temps que tout le monde prenne place et il est pas loin de 21h30 lorsque Julia Kent prend place sur la petite scène de la péniche. Comme à son habitude, elle est seule au violoncelle avec quelques pédales et autres machines qui lui permettent de se sampler et créer des boucles qui lui servent d’accompagnement.
Elle débute justement avec un jeu assez appuyé, une boucle grave qui lui donne le tempo sur Acquario, pour enchaîner avec Ailanthus, tiré du nouvel album mais que l’on a l’impression d’avoir déjà entendu en concert. La musique de Julia Kent n’est jamais très enjouée, mais ce titre en particulier, nettoyé des éléments électroniques de la version studio nous apparaîtra particulièrement grave. Comme pour ne pas trop plomber l’ambiance, la canadienne poursuit avec le plus léger Carapace et son tempo soutenu, quant à lui extrait d’un EP 4 titres sorti l’été dernier.
On aborde la deuxième moitié du concert avec Guarding the Invitations dont on appréciera le mélange de cordes pincées et de nappes langoureuses. Étonnamment, Julia Kent nous annonce alors qu’elle va jouer un dernier morceau d’un concert qui se révèlera donc trop court. On retrouve avec Missed la principalement caractéristique de ce nouvel album, une instrumentation plus riche, Julia Kent étant ici accompagnée des frétillements d’une rythmique électronique apportant un peu plus d’ampleur à sa musique.

JPEG - 122.3 ko
Jac Berrocal / Julia Kent

Bien évidemment, le public en redemande, et nous auront droit à une petite surprise, vraiment inattendue. En effet la Canadienne demande à Jac Berrocal de la rejoindre sur scène. Le Français se fera un peu attendre, mais il arrive avec sa trompette et ils interprèteront Arlanda ensemble, superbe morceau extrait de Delay, premier album de Julia Kent. On ne savait trop à quoi s’attendre, on craignait un gros déphasage entre les deux artistes, mais Berrocal parvint à rester mesuré, ajoutant quelques ponctuations, soulignant quelques contours mélodiques tout en restant dans le ton. Superbe conclusion.

Fabrice ALLARD
le 20/06/2011

À lire également

Parallel 41
Parallel 41
(Baskaru)
22/01/2010
Julia Kent
(Bus Palladium)