Rituels.

 date

du 07/06/2011 au 09/07/2011

 salle

Fondation d’entreprise Ricard,
Paris

 appréciation
 tags

Alexandre Joly / Fondation d’entreprise Ricard / Julien Salaud / Laurent Le Deunff / Neil Beloufa / Stéphane Vigny / Vidya Gastaldon

 liens

Fondation d’entreprise Ricard

 dans la même rubrique
du 23/06/2016 au 11/09/2016
Mika Rottenberg
(Palais de Tokyo)
du 08/06/2016 au 29/08/2016
Un Art Pauvre
(Centre Pompidou)
du 01/06/2016 au 15/08/2016
Melik Ohanian : Under Shadows
(Centre Pompidou)
du 14/05/2016 au 04/09/2016
Christian Hidaka : Desert Stage
(Grand Café)

Pour clôturer sa saison, la Fondation d’entreprise Ricard nous présente une nouvelle exposition collective au concept pas forcément évident. De fait, plutôt que des rituels ou des coutumes locales, c’est à un universalisme animal ou cosmique que tend la proposition curatée par Gaël Charbau (coordinateur du collège critique du Salon de Montrouge et rédacteur en chef du défunt, et néanmoins très bon, magazine Particules).

JPEG - 18.8 ko
Julien Salaud - Constellation du cerf II et Constellation de la biche
(courtesy de l’artiste)

Ainsi trouve-t-on des animaux aux yeux d’humain (Pig With My Own Eyes et Calf With My Own Eyes de Markus Hansen), des mouvements de plaques tectoniques en miniature, si bien qu’on peut les déplacer n’importe où (Tectonique in Paris de Neil Beloufa), des peintures fantasmatiques de Vidya Gastaldon, une série de petites toiles de lune d’Ann Craven ou des animaux croisés avec des constellations symbolisées par des fils de coton entourant façon cocon des cervidés empaillés (deux sculptures de Julien Salaud qui avaient été le clou du Salon de Montrouge l’an passé). Cette volonté de voir se rencontrer espèces animales et matériau organique trouve cependant sa limite avec les chimères de Théo Mercier, trop démonstratives.

JPEG - 16.5 ko
Stéphane Vigny - Fusils
(courtesy Galerie Claudine Papillon)

À côté de ces préoccupations, d’autres artistes choisissent un procédé usuel : détourner des objets et éléments de leur finalité première afin de rejoindre le mouvement ainsi initié. Stéphane Vigny pose alors deux fusils de chasse sur un dispositif motorisé les faisant tourner parallèlement comme deux planètes dont les orbites ne se croisent pas, Alexandre Joly place des plumes de paon au sol pour en faire un tapis de trois mètres de diamètre destiné au Repos du Guerrier tandis que Laurent Le Deunff sculpte coquillage et albâtre pour en faire respectivement une Dent et un Os.

François Bousquet
le 01/07/2011

À lire également

du 10/10/2008 au 22/11/2008
La Consistance du Visible
(Fondation d’entreprise)
du 10/09/2014 au 31/10/2014
L’époque, les humeurs, (...)
(Fondation d’entreprise)
du 06/03/2007 au 13/04/2007
Re-trait
(Fondation d’entreprise)
du 01/04/2014 au 17/05/2014
Neil Beloufa : En torrent
(Fondation d’entreprise)