Ezekiel Honig

Folding It On Itself

(Type / Import)

 date de sortie

02/05/2011

 genre

Electronique

 style

Ambient / Electronica

 appréciation

 écouter

10 morceaux complets (via SoundCloud)

 tags

Ambient / Electronica / Ezekiel Honig / Type

 liens

Type

 autres disques récents
Gratuit

(Ego Twister)
Resina
s/t
(130701)
Altars Altars
Small Hours
(Home Normal)
Monty Adkins
Unfurling Streams
(Crónica Electronica)

Évoqué une seule fois dans ces pages, et pour un disque en collaboration avec Morgan Packard, Ezekiel Honig en est pourtant à son cinquième disque studio en solo avec ce Folding It On Itself qui paraît sur Type plutôt que sur Anticipate, son propre label sur lequel il avait, jusqu’à présent, plutôt l’habitude de publier ses travaux.

L’écoute du début de l’album, et nos connaissances (certes limitées mais quand même), d’Ezekiel Honig nous laissaient imaginer un nouveau disque d’ambient composite plutôt sombre. Fort heureusement, l’États-unien démontre rapidement qu’il sait opérer au-delà de ce style musical bien balisé et (trop) souvent croisé ces derniers temps. À ce titre, la présence de rythmiques sourdes (Subverting The Memory Of Your Surroundings), d’un piano plus élégiaque (Drafting Foresight) ou de bruits urbains captés en plein Manhattan (le morceau-titre) tracent autant de pistes d’évolution impeccablement maîtrisées. À tel point que même l’incursion d’une voix féminine trouve sa pleine justification grâce au traitement qui lui est infligé, la mettant au même rang que les autres bribes musicales (Between Bridges).

Dans la seconde moitié du disque, l’atmosphère générale se fait plus caressante, par l’apparition des guitares de Mark Templeton (High & Low) et Nicola Ratti (trois autres morceaux), compagnons de label d’Honig sur Anticipate. Leurs six-cordes entraînent donc les compositions du New-Yorkais vers des rivages plus alanguis que viennent à peine perturber le retour des bruits urbains susvisés (Ancestry Revisiting Each Other, Distant Breakfast Highway) ou quelques glitchs qu’on croirait issus du quotidien domestique (papier froissé, plastique craqué, petit électroménager se mettant en marche) (A Closed Loop That Opens Everywhere).

L’enchaînement de ces dix morceaux forme par conséquent un ensemble particulièrement ambitieux, mais d’une ambition non ostentatoire, à la mesure d’un musicien performant sans cérémonial, sur un label plus soucieux de publier des disques qu’il juge intéressant plutôt que de faire aveuglément confiance aux mêmes artistes et à une couleur musicale unique (même si, parfois, on pourrait le regretter). Partant, Folding It On Itself pourrait même en arriver à nous faire regretter de ne pas avoir suivi avec plus d’entrain la carrière d’Ezekiel Honig jusqu’alors. Ceci dit, il n’est pas trop tard pour se rattraper…

François Bousquet
le 03/07/2011

À lire également

Deaf Center
Neon City Ep
(Type)
Peter Broderick
Float
(Type)
Rene Hell
The Terminal Symphony
(Type)
Zelienople
His/Hers
(Type)