Mokuhen

We Gaan Naar Het Bos

(PPT/Stembogen / Metamkine)

 date de sortie

00/12/2010

 genre

Electronique

 style

Ambient / Musique Concrète / Electroacoustique

 appréciation

 tags

Ambient / Domo_Kun / Electroacoustique / Mokuhen / Musique Concrète / PPT/Stembogen

 liens

Domo_Kun
PPT/Stembogen
Mokuhen

 autres disques récents
Resina
s/t
(130701)
Altars Altars
Small Hours
(Home Normal)
Monty Adkins
Unfurling Streams
(Crónica Electronica)
Dakota Suite | Vampillia
The Sea Is Never Full
(Karaoke Kalk)

Un peu plus d’un an après Kazagumo, et toujours chez PPT/Stembogen, Laurent Guérel nous revient avec son projet Mokuhen. Il s’agit aujourd’hui du complément et suite directe de Kazagumo puisque We Gaan Naar Het Bos est conçu pour être inséré dans le packaging du premier album.

Assez logiquement, on y retrouve un univers sonore proche, croisant éléments concrets, abstractions sonores et bruitages électroniques au sein d’une douceur ambient. On sera justement un peu surpris par cette douceur alors que l’on gardait de Kazagumo le souvenir d’un disque assez difficile d’accès.
Certes, We Gaan Naar Het Bos s’ouvre sur les coups, crépitements, bruits de machines et manipulation de platines d’un Frühstücksreste très abstrait, mêlant sonorités concrètes à quelques notes éparses de guitare et piano. Et puis parfois, ces samples de bruitages se voient rejoint par des composantes plus proches des musiques ambient, à l’image des nappes et drones oscillants de l’envoûtant Les Bois Dormants.

L’album d’une cinquantaine de minutes alterne sans cesse entre ces deux univers, mêlant l’aridité de fragments, concassages et cassures à l’unité, la linéarité, la continuité héritées d’une douceur sous-jacente. Une douceur qui n’est d’ailleurs pas forcément apaisante : à l’image de la pochette, froide et nocturne, la musique de Mokuhen est souvent inquiétante, mystérieuse, sombre, comme en témoigne cette mélodie de violoncelle qui hante Heidi, Touji.
Derrière ses ambiances industrielles, ces grands fracas métalliques (Drei Eicheln), ses crissements alarmants (Flying Squirrel), We Gaan Naar Het Bos cache un univers plein de poésie. D’autant plus précieuses qu’elles sont rares, ces séquences apparaissent sans prévenir, comparables à des stases entre parenthèses, des accalmies éphémères durant lesquelles le temps semble s’arrêter (Kareki). Quelques bruits de pas dans la neige au son de doux tintements mélodiques (Schnee Und Kassettenrecorder) et le disque s’achève sur les 8mn de Comment Souffler Dans Le Vent qui nous ramène en terrain connu. Passé de glauques écoulements et coups métalliques, quelques notes s’élèvent au loin, prennent de l’ampleur, se mêlent à des bruits et souffles formant un épais magma mélodique qui se révèlera bientôt bruitiste. Superbe final.

We Gaan Naar Het Bos est un album dangereusement accrocheur. Une poésie noire, inquiétante, d’une beauté mystérieuse.

Fabrice ALLARD
le 24/07/2011

À lire également

Kink Gong
Remix Series
(PPT/Stembogen)
Mokuhen
Kazagumo
(PPT/Stembogen)
V/A
Jingles & Génériques
(PPT/Stembogen)
Portradium
Posters EP
(PPT/Stembogen)