Kreng

Grimoire

(Miasmah / Import)

 date de sortie

03/06/2011

 genre

Electronique

 style

Ambient

 appréciation

 écouter

11 morceaux complets (via SoundCloud)

 tags

Ambient / Kreng / Miasmah

 liens

Miasmah
Kreng

 autres disques récents
Matt Christensen
Honeymoons
(Miasmah)
Giulio Aldinucci
Goccia
(Home Normal)
Automatisme
Momentform Accumulations
(Constellation)
Gratuit

(Ego Twister)

Découpé en seulement deux morceaux, le premier album de Kreng, paru il y a deux ans, parvenait par endroits à s’écarter de cette ambient inquiétante qu’affectionne, parfois ad nauseam Miasmah. Avec un agencement différent (onze pistes oscillant entre deux minutes quarante et neuf minutes), Grimoire ne parvient que trop rarement à renouveler cette performance, se complaisant régulièrement dans l’empilement de ces caractéristiques tellement typiques (souffle d’arrière-plan, fragments métalliques percussifs, notes de piano éparses, violoncelle profond, vocalises apeurées, atmosphère anxiogène). D’ailleurs, un peu paresseusement, le label lui-même convoque l’idée de « musique de film » pour évoquer les compositions du Belge qui, effectivement, peuvent aisément se voir accoler ce qualificatif.

Pour tenter une approche un peu différente, Pepijn Caudron a convié, comme sur L’Autopsie Phénoménale de Dieu, deux musiciens amis. Si les percussions d’Eric Thielemans étaient déjà là sur ce premier long-format, c’est avec intérêt qu’on apprit la participation du piano de Nils Frahm sur Petit Grimoire. Las ! Le Berlinois ne parvient pas à proposer autre chose que des notes de clavier détachées, comme on en trouve déjà sur les autres pistes de l’album, rendant sa contribution quasi-anecdotique.

Dans ce contexte largement déceptif, c’est avec intérêt qu’on accueille des titres comme Wrak et Satyriasis avec leurs poussées sonores et consonances industrialo-métalliques ou Ballet Van De Bloedhoeren et ses cordes de musique de chambre. Avec ses trois morceaux un peu « différents », Grimoire réussit, en fin de compte, à se montrer moins univoquement traditionnel que redouté.

François Bousquet
le 19/08/2011

À lire également

Jacaszek
Treny
(Miasmah)
Encre
Plexus II
(Miasmah)
Gareth Davis & Frances-Marie Uitti
Gramercy
(Miasmah)
Greg Haines
Slumber Tides
(Miasmah)