Kreng

Grimoire

(Miasmah / Import)

 date de sortie

03/06/2011

 genre

Electronique

 style

Ambient

 appréciation

 écouter

11 morceaux complets (via SoundCloud)

 tags

Ambient / Kreng / Miasmah

 liens

Miasmah
Kreng

 autres disques récents
Luminance Ratio
Honey Ant Dreaming
(Alt.Vinyl)
Extreme Precautions
I
(In Paradisum)
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)

Découpé en seulement deux morceaux, le premier album de Kreng, paru il y a deux ans, parvenait par endroits à s’écarter de cette ambient inquiétante qu’affectionne, parfois ad nauseam Miasmah. Avec un agencement différent (onze pistes oscillant entre deux minutes quarante et neuf minutes), Grimoire ne parvient que trop rarement à renouveler cette performance, se complaisant régulièrement dans l’empilement de ces caractéristiques tellement typiques (souffle d’arrière-plan, fragments métalliques percussifs, notes de piano éparses, violoncelle profond, vocalises apeurées, atmosphère anxiogène). D’ailleurs, un peu paresseusement, le label lui-même convoque l’idée de « musique de film » pour évoquer les compositions du Belge qui, effectivement, peuvent aisément se voir accoler ce qualificatif.

Pour tenter une approche un peu différente, Pepijn Caudron a convié, comme sur L’Autopsie Phénoménale de Dieu, deux musiciens amis. Si les percussions d’Eric Thielemans étaient déjà là sur ce premier long-format, c’est avec intérêt qu’on apprit la participation du piano de Nils Frahm sur Petit Grimoire. Las ! Le Berlinois ne parvient pas à proposer autre chose que des notes de clavier détachées, comme on en trouve déjà sur les autres pistes de l’album, rendant sa contribution quasi-anecdotique.

Dans ce contexte largement déceptif, c’est avec intérêt qu’on accueille des titres comme Wrak et Satyriasis avec leurs poussées sonores et consonances industrialo-métalliques ou Ballet Van De Bloedhoeren et ses cordes de musique de chambre. Avec ses trois morceaux un peu « différents », Grimoire réussit, en fin de compte, à se montrer moins univoquement traditionnel que redouté.

François Bousquet
le 19/08/2011

À lire également

V/A
15 Shades of White
(Dronarivm)
Simon Scott
Bunny
(Miasmah)
Jasper TX
Black Sleep
(Miasmah)
Kaboom Karavan
Barra Barra
(Miasmah)