Esmerine

La Lechuza

(Constellation / Differ-ant)

 date de sortie

07/06/2011

 genre

Rock

 style

Post-Rock

 appréciation

 écouter

9 morceaux complets (via SoundCloud)

 tags

Constellation / Esmerine / Post-Rock

 liens

Esmerine
Constellation

 autres disques récents
Luminance Ratio
Honey Ant Dreaming
(Alt.Vinyl)
Extreme Precautions
I
(In Paradisum)
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)

Si retrouver Esmerine après six ans d’absence, et aucune nouvelle du groupe dans l’intervalle, constitue une petite surprise, ce n’en est pas une de le retrouver sur Constellation. Alors que les deux premiers albums de la formation canadienne avaient parus sur Resonant et Madrona, la structure de Montréal semble parfaitement à même d’accueillir Esmerine, ne serait-ce que par les liens qu’elle entretient avec les membres du groupe. À ce propos, la composition de ce dernier a évolué : de duo, il est passé quatuor, rejoint par Sarah Pagé (harpe et dulcimer) et Andrew Barr (marimba, batterie et autres percussions).

Logiquement, les neuf morceaux de La Lechuza témoignent de cette évolution, réduisant notamment la part prise par le violoncelle de Beckie Foon et surtout son strict dialogue avec la batterie de Bruce Cawdron. De manière générale, à la place de ce dialogue fiévreux, Esmerine se tourne vers des rivages plus mélancoliques et plus délicats. Au reste, l’historique de l’album explique cette tendance, puisque le groupe l’a écrit en hommage à la chanteuse Lhasa, décédée l’an passé, que les quatre membres ont accompagné sur scène. Fidèle de la chanteuse, Patrick Watson intervient également au chant et piano sur trois morceaux (dont le poignant Last Waltz sur lequel Sarah chante aussi).

Sans verser dans l’onction funéraire (même si le dernier morceau, un inédit de Lhasa, sur lequel elle chante entourée d’Esmerine, y fait sacrément penser), La Lechuza s’avance pourtant sur un rythme peut-être un peu trop calme et semble parfois manquer de tension. Il faut que marimba, harpe et violoncelle accélèrent leur jeu, qu’une basse soit conviée et que la batterie soit plus présente pour qu’Esmerine aille dans cette direction (Sprouts et plus encore Little Streams Make Big Rivers) et sorte alors du cadre précédemment décrit.

François Bousquet
le 20/08/2011

À lire également

Hiss Tracts
Shortwave Nights
(Constellation)
Esmerine
Lost Voices
(Constellation)
Esmerine
Dalmak
(Constellation)
25/09/2011
Ambient Sunday #14 : (...)
(Gaîté Lyrique)