Port-Royal

2000-2010 - The Golden Age of Consumerism

(n5MD / Import)

 date de sortie

15/02/2011

 genre

Electronique

 style

Ambient / Electronica / Post-Rock

 appréciation

 écouter

33 extraits (MP3)

 tags

Ambient / Electronica / n5MD / Port-Royal / Post-Rock

 liens

Port-Royal
n5MD

 autres disques récents
Luminance Ratio
Honey Ant Dreaming
(Alt.Vinyl)
Extreme Precautions
I
(In Paradisum)
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)

Depuis toujours, Port-Royal se distingue par ce son si particulier, parfait mélange de guitares douces, lumineuses, mélancoliques issues d’un post-rock ambient et de rythmiques électroniques affirmées, lorgnant vers l’electronica, voire une techno feutrée quand le tempo se fait plus appuyé. Au fil des années l’électronique a pris de l’importance mais Port-Royal a toujours su garder ce délicat équilibre.
On en parlait pour la première fois sur ces pages en 2005, mais le groupe s’est formé en 2000 en tant que duo, rapidement rejoint par un batteur et un deuxième homme aux machines afin de sortir leur Kraken EP, un CDr aujourd’hui épuisé et publié sur une petite structure italienne. En 2010 le groupe décida de fêter ses 10 ans d’activité en produisant cette double compilation qui permet de rassembler en un seul objet disques épuisés, raretés, inédits et remixes.

Le premier CD est consacré aux productions propres à Port-Royal et s’ouvre justement avec les 4 titres du Kraken EP. Si c’est une certaine douceur qui domine, on constate tout de même que tous les éléments sont déjà en place, les guitares lumineuses et les boites à rythme fracturées (Gelassenheit). On aura ensuite l’impression d’avoir déjà entendu Roliga Timmen mais c’est normal. Ce morceau que l’on trouve sur l’abum Afraid to Dance (daté de 2007) est ici présenté dans une version de 2003.
On passe ensuite en 2007 avec les trois titres extraits du Honved EP, déjà évoqué sur ces pages, mais c’est l’occasion pour nous de revenir sur le sautillant mais retenu The beat of The Tiger, qui sort aisément du lot. On enchaîne avec trois titres de Magnitogorsk, un split avec Absent Without Leaves également chroniqué sur ces pages mais sur lequel on passera ici rapidement sous peine de bailler...
On terminera ce premier volet avec deux inédits à commencer par l’étonnant Electric Tears façon électro-pop dansante et puissante. Günther Anders est quand à lui une version longue d’un titre extrait d’une compilation en ligne proposé par le webzine italien OndaRock. Une belle ambient avec rythmique minimale mais on revient en terrain connu sur les dernières minutes qui correspondent vraisemblablement à cette version longue.

Le deuxième CD est entièrement consacré aux remixes que Port-Royal a pu produire en dix ans. Ce sera l’occasion de découvrir la variété des genres abordés et d’écouter des morceaux qui n’auraient certainement jamais croisé notre chemin. On débute avec les productions les plus rythmées, mais aussi les plus étonnantes. Le remix de Ak Kids est digne d’une electronica surpruissante, bien fichu, tandis qu’on se serait bien passé de la reprise du We All Wanna Be Prince de Felix Da Housecat, assez insupportable. On flirte avec du Morr Music quand les italiens reprennent Cruiser, on pense à FM Belfast quand c’est Dag För Dag qui est remixé et on se rapproche parfois du breakcore sur une reprise de Blown Paper Bags...
On regrettera ici que les italiens ne parviennent pas à imposer leur patte. On est souvent bien trop proche de l’original et on se demande quel est l’apport des italiens. Ainsi leur reprise du Tomorrow de Ladytron est efficace (tout comme la version originale), mais très classique, sans la moindre prise de risque.
Aussi il faudra attendre la deuxième moitié du disque pour trouver les plus belles réussites, justement avec des artistes aux sonorités plus proches des italiens. On notera par exemple leur reprise de D_Rradio, très electronica, des travaux plus abstraits lorsqu’il s’agit de reprendre Illuminated Faces ou Felix tandis que l’on est en terrain connu quand il reprennent le Blind de Absent Without Leaves. Afin de parfaire la fin de cet album, c’est Inlandsis qui se voit remixé de fort belle manière avec une rêverie ambient composée de flottements et oscillations de nappes.

Le bilan est partagé. Si le premier disque permet de balayer la carrière de Port-Royal à travers quelques raretés et disques épuisés, le second volet brosse un état de leur travail de remixeurs qui n’est certainement pas leur point fort et qui parait parfois complètement déplacé. Du coup on conseillera avant tout cette compilation aux fans qui seront ravis de compléter la discographie du groupe. On orientera plutôt ceux qui voudraient découvrir cet excellent groupe vers des albums tels que Flares ou Afraid to Dance.

Fabrice ALLARD
le 02/08/2011

À lire également

Port-Royal
Dying in Time
(debruitetdesilence)
Eleventhfloorrecords
s/t
(n5MD)
Last Days
Satellite
(n5MD)
Dalot
Ancestors (EP)
(n5MD)