Alexandre Navarro

Loka

(SEM label / cd1d)

 date de sortie

00/03/2011

 genre

Electronique

 style

Ambient / Electronica / Post-Rock

 appréciation

 écouter

10 titres complets (Flash / Bandcamp)

 tags

Alexandre Navarro / Ambient / Electronica / Post-Rock / SEM label

 liens

SEM label
Alexandre Navarro
cd1d

 autres disques récents
Giulio Aldinucci
Goccia
(Home Normal)
Automatisme
Momentform Accumulations
(Constellation)
Gratuit

(Ego Twister)
Resina
s/t
(130701)

Un an plus tôt, à la même période, Alexandre Navarro sortait ses Black Bird et Desert EP, entre aridité, drone, minimalisme et expérimentations ambient. Cette année voici l’album qui sort logiquement sur son propre label et qui nous permet de retrouver cette musique que l’on apparente à une electronica-ambient, bien que principalement composée à la guitare. Un album inattendu, une douceur surprenante et quelques jolies rémanences seventies au programme.

En fait on ne reconnaitra pas vraiment la musique d’Alexandre Navarro. Son précédent album (Arcane) est déjà loin et on s’était habitué il est vrai à une certaine sensibilité mélodique, mais celle-ci se trouvait toujours un peu malmenée par quelques triturages expérimentaux. Au contraire, Loka est un album d’une limpidité éclatante, d’une douceur infinie, trouvant son équilibre dans le juste dosage des éléments, épuré sans être minimaliste.
Le disque s’ouvre sur Geodub, l’un des rares morceaux à être pourvu d’une rythmique relativement classique, tirée d’une vieille boite à rythme. Une basse aux influences dub vient appuyer le tempo tandis que les lignes de guitares prennent des teintes hawaïennes, et qu’un mouvement de flux et reflux prend forme au gré de nappes synthétiques.

L’album est composé d’une dizaine de pistes assez courtes pour le genre (3-4mn), mais qui vont droit au but. Les nappes font leur effet, enveloppant l’auditeur de leur douceur, et les mélodies sont généralement touchantes, belles et lumineuses, l’ensemble formant une musique contemplative. Mais Loka fait preuve d’une limpidité trompeuse : tout ici nous paraît évident, dès la première écoute on est bluffé par tant de beauté. En fait Alexandre Navarro sculpte le son de ses guitares, croise et superpose les effets (delay, nappes, boucles hypnotisantes, arpèges accrocheurs, notes jouées à l’envers) et parsème le tout de crachotements grésillants (Virgo Superclusters) ou de quelques clics rythmiques qui viennent rompre avec les flottements prog-rock de Iikààh. D’ailleurs les guitares aquatiques de Ichtus ne sont pas sans nous rappeler de vieux morceaux de Mike Oldfield, la finesse en plus.
Ce revival 70s, on le doit également à l’utilisation de vieux synthés. Les tournoiements de Kim univers Lou semblent être là pour en témoigner, tout comme les nappes minérales de Nostalgia. Apparition de vocalises feutrées sur Un rêve et on termine avec Debut, ce qui n’est pas ordinaire. La boite à rythme est de retour, un peu lointaine, dans la pièce d’à côté, tandis que les guitares continuent inlassablement leurs flottements éthérés.

Une excellente surprise que ce nouvel album qui tourne en boucle ici depuis quelques temps. A mi-chemin entre une electronica lancinante à la Boards of Canada et un post-rock ambient façon Loscil, Alexandre Navarro qui nous avait déjà séduit avec Arcane n’a vraisemblablement pas fini de nous enchanter. Aspect pratique : Loka n’est physiquement disponible qu’en vinyle (100 exemplaires !!), mais bien sûr également en numérique.

Fabrice ALLARD
le 26/08/2011

À lire également

Saito Koji
Pop
(SEM label)
The Green Kingdom
S/t
(SEM label)
Alexandre Navarro
Sketches
(Constellation Tatsu)
Segue
The Here And Now
(SEM label)