Parachute Pulse

Kingdom

(Asiluum / Internet)

 date de sortie

28/03/2011

 genre

Electronique

 style

Electronica / Expérimental / Electroacoustique

 appréciation

 écouter

Album complet (MP3)

 tags

Asiluum / Electroacoustique / Electronica / Expérimental / Parachute Pulse

 liens

Parachute Pulse
Asiluum

 autres disques récents
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)
Teruyuki Nobuchika
Still Air
(Oktaf)
Zane Trow
The Transient Implosion
(Room40)
(ghost)
The First Time You Opened Your Eyes
(Sound in Silence)

Parachute Pulse est le projet d’Ana Roman, artiste roumaine basée à Bucarest. Pianiste de formation, elle s’est ensuite approprié les techniques d’enregistrement, de mixage, et propose actuellement une musique hybride mêlant electronica et expérimentations. Kingdom est son tout premier album qui nous parvient après deux ans de travail et une rencontre avec Marius Costache, fondateur du netlabel Asiluum et du collectif Discordless qui intègre désormais Ana Roman.

Comme la jeune femme nous le précise, Kingdom est composé de 11 pièces très différentes, utilisant des techniques variées au fil de son apprentissage. Il en résulte une richesse peu ordinaire, des approches diverses, mais on décèle tout de même un fil rouge lié à une cohérence d’ensemble et une progression logique. Bien sûr, Parachute Pulse intègre le piano que l’on trouve dès Earthskin Cracking et c’est un élément assez récurrent. D’abord minimaliste et mécanique, plutôt contemplatif, comme sorti d’une rêverie sur Spiderlegs, plus proche d’un clavier électronique subtilement traité, finement grésillant sur le très beau Morning Clutter à la tonalité véritablement electronica.
Les composants de la musique de la roumaine sont donc assez disparates. Une sorte de drone et souffles, des pulsations de basse pour démarrer l’album, quelques glitchs frétillants à la manière d’une cymbale, des bruitages indéfinissables a priori créés par des machines à moins qu’il ne s’agisse de traitements appliqués à des field recordings. On trouve aussi les tintements d’un métallophone, une boite à musique qui nous rappelle l’univers enfantin de certaines pièces d’Aphex Twin sur Mindal, ou encore la voix, feutrée et incompréhensible sur un A Well Staring At The Sky qui ne devrait pas laisser indifférents les fans des Cocteau Twins.

Après ces quelques morceaux sur lesquels les éléments se mettent doucement en place, tout semble prendre forme sur Last Lizard Alive : puissants grésillements et mélodie entêtante façon glitch-tronica et un discours samplé assez habituel sur un post-rock cinématographique, plus étonnant mais bienvenu ici.
Ensuite on peut dire que tout coule de source, la magie opère et on enchaine les "tubes", à commencer par Morning Clutter, subtile et puissant, Hidden Powers et ses percussions virevoltantes et pour finir un superbe remix de A Well Staring At The Sky par Liar mêlant basses vrillées, douceur des chœurs et rythmique claquante.

Pour un premier album, c’est une grosse surprise que nous avons là. On n’est pas prêt de s’en lasser mais on espère tout de même qu’il ne faudra pas attendre 2 ans pour voir apparaître un nouvel album de Parachute Pulse.

Fabrice ALLARD
le 19/10/2011