Félicia Atkinson

OR-E-GON

(Home Normal / Import)

 date de sortie

16/09/2011

 genre

Rock

 style

Ambient

 appréciation

 écouter

2 RealAudio (extraits)

 tags

Ambient / Félicia Atkinson / Home Normal / Je Suis Le Petit Chevalier

 liens

Félicia Atkinson
Home Normal
Je Suis Le Petit Chevalier

 autres disques récents
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)
Teruyuki Nobuchika
Still Air
(Oktaf)
Zane Trow
The Transient Implosion
(Room40)
(ghost)
The First Time You Opened Your Eyes
(Sound in Silence)

On se souvient que l’album The Driver, paru en avril sur hibernate avait été inspiré par un voyage aux États-Unis ; cinq mois plus tard, un nouveau long-format de Félicia Atkinson vient témoigner de ce séjour puisque OR-E-GON a précisément été enregistré à Portland, dans le studio d’Adam Selzer. Issu de prises capturées la même journée (le matin pour le premier titre du disque, l’après-midi pour le second), l’album se veut également un marqueur de l’état dans lequel était la jeune femme à l’été 2010 : se relevant à peine d’une borréliose et découvrant l’usage de plusieurs instruments.

Pour autant, les conditions d’enregistrement, et la manière dont ont été composés les deux longs morceaux du disque favorisent l’émergence d’un sentiment mitigé à l’égard de l’album. Déjà sur The Driver, nous avions pu stigmatiser le fait que Félicia Atkinson donnait par moments l’impression de laisser durer ses titres sans véritable justification ; malheureusement, rien de très différent avec les deux fois quinze minutes d’OR-E-GON dont l’ambient s’imprègne certes de manière convaincante mais sans faire montre de suffisamment d’ampleur ou de renouvellement pour pleinement emporter l’adhésion.

Plus encore, la jeune femme se pique de spoken word dans Green & Grey. Par le passé, cet exercice lui avait plutôt réussi (sur l’album Roman Anglais notamment) mais, ici, la lecture du Demain dès l’aube de Victor Hugo, classique des cours de français de collège, frise la démarche poseuse. Pour accompagner cette récitation, accords répétés de piano, nappes d’harmonium et prononcé du titre du morceau sont superposés dans un ensemble qui, à nouveau, et à l’aune de ce qu’on peut connaître du travail d’Atkinson, semble plutôt convenu, limite paresseux.

François Bousquet
le 18/11/2011

À lire également

07/01/2011
High Wolf / Je Suis (...)
(Olympic Café)
Konntinent
Closer Came To The Light
(Home Normal)
The Boats
Words Are Something Else
(Home Normal)
Astrïd
Butterfly In The Snowfall
(Home Normal)