Micro

 chorégraphe

Pierre Rigal

 date

du 26/09/2011 au 16/10/2011

 salle

Théâtre Gérard Philipe,
Saint-Denis

 appréciation
 tags

Pierre Rigal / Théâtre Gérard Philipe

 liens

Théâtre Gérard Philipe
Pierre Rigal

 dans la même rubrique
05/08/2016 et 06/08/2016
Beats
(Square des Amandiers)
01/08/2016
Bataille
(Parc de la Butte du Chapeau Rouge)
15/04/2016
L’Homme aux Cent Yeux (La Grande Revue)
(Le Plateau / FRAC Île-de-France)
03/02/2016 et 04/02/2016
La Chaise Humaine
(Auditorium St Germain des Prés)

Encore sous le coup de l’émerveillement d’Asphalte vu ici même il y a deux saisons, c’est avec enthousiasme qu’on retourne au Théâtre Gérard Philipe pour voir la nouvelle création de Pierre Rigal. Geste chorégraphique, Micro se veut aussi partition quasi-théâtrale mais se rapproche surtout d’un concert rock puisque, précisément, l’intention du Français est d’envisager « une réflexion sur le format concert ».

Dans cette perspective, Rigal n’hésite pas à prendre, dès le début du spectacle, à bras le corps la mythologie rock et tous les clichés qu’elle peut charrier : jeu avec un pied de micro, jambes arquées, poses de guitar hero, allers et retours frénétiques sur le manche de l’instrument, batteur tendant les bras au ciel entre deux coups sur ses fûts, claviériste plaquant frénétiquement ses accords, transe scénique happant les quatre musiciens qui l’accompagnent, jeu multiple de lumières (lasers de couleurs, passages stroboscopiques, faisceau de projecteur traversant le plateau), etc… Incarnant ces figures imposées, les cinq interprètes font alterner moments chorégraphiques et titres joués live, puisque trois d’entre eux font réellement partie d’une formation rock (Moon Pallas).

L’ensemble conduit néanmoins à quelques longueurs (notamment dans les mises en place entre deux morceaux) et le même schéma se trouve peut-être un peu trop répété (basiquement les quatre instrumentistes jouent tandis que Pierre Rigal danse au milieu, les gêne ou les manipule façon marionnettiste). Mais on préférera retenir la belle inventivité qui émane de ce spectacle quand, par exemple, Rigal met une partie de son corps dans le tom basse et qu’on ne voit plus que ses quatre membres, tel un escargot humanoïde, lorsqu’il convoque certains souvenirs de son passé d’athlète (utilisation de cymbales comme d’un disque et du pied de micro comme d’un javelot) ou qu’il bouche ses oreilles pendant que ses comparses jouent et que, dans une volonté de subjectivité, leur son s’étouffe tout d’un coup. De même, l’énergie déployée par les interprètes (notamment dans ces portés où Mélanie Chartreux reste raide alors qu’elle est empoignée comme un mannequin de vitrine) impressionne.

Ne rechignant pas à une légère dimension érotisante par instants (dimension quasi-onanique des allers et retours sur le manche de guitare, corps-à-corps des torses nus et luisants des danseurs masculins), Pierre Rigal s’assure au total un gros succès, à en croire les applaudissements frénétiques d’une salle comble. Il faut dire que Micro fait appel, via la musique et le format concert, à des formes connues et familières, qu’il contient des passages comiques (des phrases ânonnées comme si la tranche de micro sautait, un batteur qui fait des breaks à tout bout de champ) et que lasers et machine à fumée plongent le spectacle dans une ambiance propice à l’enivrement.

Autres dates :
-  du 18 au 21 octobre 2011 : Théâtre de la Manufacture - Nancy
-  23 et 24 novembre 2011 : Espace Malraux - Chambéry
-  5 et 6 décembre 2011 : Théâtre Musical - Besançon
-  9 et 10 décembre 2011 : Maison de la Musique - Nanterre
-  14 et 15 décembre 2011 : Théâtre de Namur - Namur (Suisse)
-  10 et 11 janvier 2012 : Lieu Unique - Nantes
-  du 8 au 10 février 2012 : MC2 - Grenoble

François Bousquet
le 15/10/2011

À lire également

du 02/03/2009 au 21/03/2009
Scanner
(Théâtre Gérard Philipe)
du 13/04/2010 au 17/04/2010
Asphalte
(Théâtre Gérard Philipe)
du 28/11/2013 au 15/12/2013
Déplace le Ciel
(Théâtre Gérard Philipe)
01/08/2016
Bataille
(Parc de la Butte du (...))