Wastell & Marhaug

Kiss of Acid

(Monotype Records / Metamkine)

 date de sortie

31/03/2011

 genre

Electronique

 style

Ambient / Drone

 appréciation

 écouter

Kiss of Acid (extrait MP3)

 tags

Ambient / Drone / Lasse Marhaug / Monotype Records

 liens

Lasse Marhaug
Monotype Records

 autres disques récents
Resina
s/t
(130701)
Altars Altars
Small Hours
(Home Normal)
Monty Adkins
Unfurling Streams
(Crónica Electronica)
Dakota Suite | Vampillia
The Sea Is Never Full
(Karaoke Kalk)

Mark Wastell est anglais, violoncelliste, et fondateur du label Confront sur lequel il a sorti nombreuses de ses productions quand ce n’est pas chez Erstwhile Records ou Trente Oiseaux. Lasse Marhaug est plus connu, notamment pour être la moitié de Jazkamer et fer de lance d’une noise scandinave. La rencontre entre les deux hommes d’univers a priori très différents est donc une surprise.

C’est Mark Wastell qui est à l’origine de ce disque. Tout a commencé avec une session d’enregistrement réalisée en 2004, non pas de violoncelle mais de gong, cherchant à extraire les différentes tonalités de l’instrument dans une longue, subtile et profonde improvisation. Leurs chemins s’étant déjà croisés dans le passé, Mark Wastell décide d’envoyer le résultat de cette session à Lasse Marhaug qui a pris le temps d’y ajouter sa patte.
Fin 2005 le disque est prêt, tout le monde en est content, et l’objet est soumis à divers labels qui ne répondront pas. C’est donc à la structure polonaise Monotype que l’on doit ce disque qui trouve parfaitement sa place au sein de leur catalogue.

On se doute qu’à l’image de la session enregistrée, Kiss of Acid se compose d’une piste unique d’une quarantaine de minute. Composée à distance, cette longue pièce nous donne l’impression d’être un enregistrement live. Débutant timidement avec des souffles feutrés, parfois perturbés de quelques glitchs et bruitages électroniques, Kiss of Acid évoque une vie gargouillante et frétillante, parfois mécanique sur une introduction qui demandera à l’auditeur une certaine attention et de tendre l’oreille.
On rentre véritablement dans le disque au bout de 7-8mn, avec une sorte de drone, de nappe acoustique fragile qui ne laisse aucun doute quant à son origine. Les coups de gong sont précis, subtiles, et s’ensuit alors un apaisant jeu de vibrations et croisements de tonalités. Les artistes s’orientent dans un deuxième temps vers une improvisation minimale et contemplative. Les coups de gong sont espacés et feutrés, le silence s’impose, jusqu’à ce que de petits souffles et grésillements électroniques prennent leur place. Petit à petit les éléments se mêlent, souffles et résonances métalliques ne font plus qu’un, le drone devient puissant, menaçant mais toujours sous contrôle, révélant alors un bruitisme poétique.

Des ambiances sombres, des drones inquiétants, une ambient électroacoustique de fort belle facture.

Fabrice ALLARD
le 27/11/2011

À lire également

Lionel Marchetti
Une Saison
(Monotype Records)
20/09/2015
L’Audible Festival #4 (...)
(Échangeur)
We Will Fail
Verstörung
(Monotype Records)
Scanner + David Rothenberg
You Can’t Get There From Here
(Monotype Records)